Le visage de Dieu s’expose au Louvre

fabrique-saintes-images-louvreÀ défaut de le voir, on peut toujours le peindre. C’est toute l’idée que l’exposition « La fabrique des saintes images » présente jusqu’au 29 juin 2015 au musée du Louvre : un sujet d’autant plus pertinent compte tenu de l’actualité de ces dernières semaines, marquée par la destruction de plusieurs oeuvres jugées «impies. Au XVIème siècle, le christianisme n’y avait pas non plus échappé, l’iconoclasme protestant ayant contraint l’Eglise catholique à reconsidérer la représentation du sacré, si chère aux fidèles malgré l’interdit biblique du second commandement. « Tu ne feras point d’images » : qu’il l’ait voulu ou non, Dieu sait que son visage est désormais partout, de l’espace public jusqu’à l’intimité des étagères de salon. « Fabrique » : loin d’être anodin, le choix du titre fait écho aux premières représentations acheiropoïètes (non réalisées à la main, veuillez excuser ce terme barbare !) que le Christ a laissé derrière lui, immortalisées par le linceul ou l’empreinte de son pied à Jérusalem. Lire la suite

Dans les vapes

histoires de voir_emmanuelle_mon oncle

Café-clope ? Maintenant, je vapote ! De toute ma vie de fumeuse, jamais je n’aurais cru un jour troquer mes bonnes vieilles cancerettes contre une e-cig de hipster. Et pourtant, tel est le cas. À croire que même nos habitudes les plus vicieuses peuvent partir en moins de temps qu’il n’en faut pour s’en griller une. En fumée. Lire la suite

Le Pressionnisme: de la rue au musée

pressionisme-pinacotheque-parisÇa, c’est de la bombe ! Si tout le monde a déjà eu l’occasion d’admirer des graffitis sur un mur, le Street Art reste encore un domaine bien obscur pour la scène artistique classique, à l’exception des grands noms comme Keith Haring ou Jean-Michel Basquiat. Injustement associé au tag, on n’en retient bien souvent que le saccage de l’espace urbain : car peu savent que depuis les années 70, des artistes créent en atelier une véritable production sur toile, loin de la rue et des tunnels de métro auxquels ils sont souvent cantonnés. Sans jamais relâcher la pression d’un seul cran. Lire la suite

Même les politiques ont un père

meme-les-politiques-ont-un-pere-emilie-lanezManquant, trop présent, ou tout simplement absent : même les politiques ont un père. C’est ce que rappelle le dernier ouvrage d‘Émilie Lanez dans lequel la journaliste livre une analyse inédite du rôle que les relations paternelles ont joué dans l’ascension de nos dirigeants, témoignages de leurs proches à l’appui. De Manuel Valls à Nicolas Sarkozy et en passant par Marine Le Pen, son enquête se penche sur plusieurs cas d’école dont les carences affectives n’ont fait qu’accroître l’appétit du pouvoir, comme si l’ambition politique servait à panser leurs blessures familiales. Par esprit de revanche, mais pas seulement. «À les écouter confier leurs souvenirs, les plus tendres comme les plus douloureux, il apparaît qu’aucun des politiques d’aujourd’hui n’est vraiment parvenu, même ceux qui font mine de le croire, à s’affranchir du père.» Quand Pal Sarkozy n’a de cesse de rabaisser son fils, on apprend que les petites blagues de François Hollande n’ont pour but, au fond, que de faire rire son père Georges, «un homme noir, si noir». La bonhomie comme contrepied.

«Tuer le père» pour s’extraire de son emprise ? Entre blessures narcissiques, admiration ou amertume, l’essai d’Emilie Lanez se garde pourtant bien de tirer des conclusions freudiennes hâtives, préférant ouvrir la voie à de nouvelles pistes de réflexion. Pour souligner que les grands fauves, eux aussi, peuvent être blessés ailleurs que dans l’arène politique.

Un élu en guerre contre le gaspillage alimentaire

article-gaspillage-alimentaire-good-planet-arash-derambarshIl est bien loin le temps où les grands-mères nous forçaient à finir nos assiettes !  Alors que chaque Français jette entre 2 et 100 kilos de nourriture chaque année, un élu de Courbevoie, Arash Derambarsh, a décidé de forcer les supermarchés à donner leurs invendus aux associations caritatives. Retrouvez mon interview sur Goodplanet et n’oubliez pas de signer sa pétition : c’est pour la bonne cause !

20 bonnes raisons d’arrêter de lire

emmanuelle_histoires de voir_20 bonnes raisons_Pierre Menard (1)Que ceux qui n’ont jamais ouvert un seul livre de leur vie cessent d’avoir honte ! Ils devraient même le revendiquer haut et fort. C’est du moins le message que délivre le joyeux pamphlet de Pierre Ménard, dans lequel l’auteur passe en revue tous les risques auxquels s’exposent les bibliopathes, à commencer par celui de s’écorcher. « Combien d’innocents lecteurs se blessent chaque année en tournant les pages de livres médiocres, quand ils ne sont pas abjects ? » Vu l’ampleur du fléau, on se demanderait presque pourquoi aucune étude ne s’est jamais penchée sur la question. Lire la suite

Les Bas-fonds du Baroque

Les-bas-fonds-du-Baroque-Petit-Palais-Paris-24-02-24-05-2015Derrière la grandeur de Rome, l’envers du décor. Si l’histoire a voulu retenir du XVIIe siècle l’opulence de la cité des Papes, le Petit Palais s’est mis au défi de montrer, pour la première fois, le pendant populaire de cette capitale hors-pair. Misère, vice, violence et sexualité débridée : tel est le programme que propose l’exposition « les Bas-fonds du Baroque » à travers une série de 70 tableaux réunis en collaboration avec la Villa Médicis, offrant un regard inédit sur le quotidien de l’époque. Dans l’ombre et la débauche, la Rome souillée des quartiers oubliés. Lire la suite

La toilette, naissance de l’intime

naissanceintimeC’est la première fois qu’un musée met à nu le rituel de la propreté. Réunissant des oeuvres d’artistes majeurs du XVe siècle à nos jours, Marmottan-Monet présente jusqu’au 5 juillet la première exposition jamais dédiée à la toilette : un acte devenu aussi essentiel que banal. Alors que les femmes d’aujourd’hui ne ressentent plus aucune gêne à dévoiler leurs produits de beauté, il n’en était rien aux origines du rite hygiénique. D’abord inexistante, puis sèche, sociale ou même publique, la conquête du «propre» a franchi bien des étapes avant de se réfugier dans l’intimité d’une salle de bain moderne, isolée du reste du monde et des regards indiscrets. Pour devenir cet instant d’abandon où le temps n’existe plus.  Lire la suite