Charnelle idole

“Je suis corps tout entier et rien d’autre ».

Cette déclaration de Zarathoustra ne pourrait mieux convenir à une époque où l’idéal physique s’est imposé comme le nouveau Graal. Embelli, rajeuni, surentrainé et sans cesse tiré à quatre épingles, c’est désormais en lui que l’humanité recherche son salut anatomique. Gare à celui qui serait en échec ! Car à l’heure où les publicitaires multiplient les clichés de silhouettes sculpturales, le moindre écart cristallise ni plus ni moins la pire des hérésies. “On peut, et l’on doit même, avoir le corps que l’on veut, sans tenir grand compte des limites naturelles. Chacun sait, les hommes et les femmes politiques mieux encore que les autres, qu’une apparence négligée desservira le propos”. Autant dire que la fin (faim ?) justifie les moyens pour maintenir la “lipophobie” d’un corps avec 0 % de matières grasses “qui pourra en quelque sorte manger sans avoir à digérer”. Un déni de la chair paradoxal venant d’une société qui n’a jamais été aussi obsédée par sa propre image. Partant de la “divinisation du corps” prédite par Friedrich Nietzsche, le dernier essai de Yannis Constantinidès livre un regard pointu sur une humanité dont le fétiche a fini par bouleverser le rapport à soi même. De quoi détourner le lecteur de son nombril…

Advertisements

7 réflexions au sujet de « Charnelle idole »

  1. Merci Polina de ton passage sur mon blog.
    La maîtrise à outrance de l’image, le culte du corps ne mènent t ils pas au final à la vacuité de l’esprit et ne fait il pas oublier l’essentiel ? L’épanouissement de l’âme…

  2. Le Zarathoustra de Nietzsche serait sans douté désorienté par le « culte » actuel du corps, plus virtuel que réel, et soigneusement entretenu par des entreprises qui se disent certaines de rajeunir et d’embellir notre corps.
    Il est vrai qu’il y a un nombre en augmentation, de personnes qui pratiquent un sport, et cherchent à vivre une vie plus saine (c’est à dire plus agréable quand on se sent bien dans sa peau).

  3. Mens sana in corpore sano.
    Je fais parti de ceux qui pensent que pour etre bien dans sa tete,il faut aimer son corps.Et que s’il est aisé de berner un pèse personne,le miroir ,lui, vous dira toujours la vérité…Et surtout que l’on m’épargne cette vieille rengaine « oui mais il n’y a pas que le physique dans la vie… » tellement plus facile que de chausser ses basket et de faire son footing!
    Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s