L’ambition ou l’épopée de soi

Ambition. Un mot qui dérange autant qu’il fascine, s’avérant même profondément anxiogène. Pour les Français en particulier, qui entretiennent depuis longtemps un véritable « tabou national » autour de cette aspiration. Vile, égoïste voire dangereuse, rares sont les audacieux qui s’aventurent à saluer sa noblesse, au risque d’offenser le bien-penser commun. Dans son vibrant plaidoyer de l’ « épopée de soi », Vincent Cespedes crève l’abcès en soulignant les vertus de l’ambition expressive. Forçant l’admiration, ce tourbillon émancipateur n’a rien d’une pulsion narcissique et négative. Bien au contraire. A la fois bouillonnant, généreux et fécond, il agrandit les marges et inspire à chacun la volonté de poursuivre sa quête, dans une dynamique humaniste qui transformerait le monde. Le cliché de l’homme prêt à n’importe quelle bassesse en prend un coup.

Au lieu de se contenter d’une platitude morose mais contrôlée, « nous devrions au contraire nous élancer toujours plus haut, nous hisser par-delà notre moi de pacotille, devenir plus sans laborieux calcul ni introspection forcenée, mais plutôt en nous laissant emporter par l’instinct « . Si «  l’ambitionnellement correct «  est aujourd’hui de bon ton, depuis quand vouloir mieux est-il devenu synonyme de pêcher ? On accuse ce désir d’être « à l’origine du cauchemar individualiste qui nous irrite et nous esseule. Avec ce paradoxe, gros d’hypocrisie : qualifier un individu d’ « ambitieux » est une attaque sournoise, mais le dire « sans ambition » est une insulte, ni plus ni moins « . Si tel est le moteur de l’essence humaine, pourquoi s’entêter à cultiver la panne sèche ? Qu’importe la longueur des dents s’il faut créer l’exception, Vincent Cespedes prouve avec brio que l’ambition est un « art à plein corps » qui sortira la société de son sentiment d’impuissance. À condition d’en finir avec « les politesses artificielles » et oser l’audace.

Publicités

14 réflexions sur « L’ambition ou l’épopée de soi »

  1. Sur la route du soi, en forme d’épopée. Il semble que l’auteur ait eu très tôt beaucoup d’ambition pour lui-même et se soit appliqué ses principes. 🙂 🙂

  2. Avoir de l’ambition, c’est bien beau, mais encore faut-il que ce soit dans notre « culture ». Malheureusement, trop de personnes n’ont pas d’ambition, uniquement parce qu’on ne leur a jamais appris à en avoir. J’en connais des jeunes filles qui, dans ma campagne, ne font pas d’études, ne recherchent rien d’autre que reproduire le schéma de vie de leurs parents. Pour moi le problème n’est pas de savoir si l’ambition est bien vue ou non en France, il faut d’abord la développer (mais pas trop) dans l’esprit des jeunes !
    Cependant, partant du principe que l’ambition existe pour tout le monde, ce livre me semble très intéressant !

  3. Pourquoi chez nous, l’ambition est regardé d’un mauvaise oeil ? Pourtant elle fait avancer l’homme dans sa vie. Ne pas avoir d’ambition par contre empêche toute évolution. Etre ambitieux ne pas veut pas dire vouloir écraser les autres…
    Aux USA, l’ambition est mieux considérée, c’est même une qualité.

  4. Bravo !!! Pour moi l’ambition n’est pas tabou … Elle permet de s’élever dans la vie et c’est absolument nécessaire pour ne pas rester à la traine mais à condition de ne pas être propulsé dans un monde où l’on perd pied avec les réalités de la vie ! Dur dur l’équilibre !

  5. J’adore, merci Polina, ton écriture est une merveille, et mon admiration pour la beauté de ta plume, dans une langue, qui n’est pas la tienne m’épate tous les jours.
    Je vais me précipiter sur ce livre car proclamer : « la volonté de poursuivre sa quête, dans une dynamique humaniste qui transformerait le monde » est un objectif que j’ose

  6. L’ambition c’est bien, mais des fois la compétence c’est mieux! Parce qu’on peut très bien passer de professeur d’allemand à premier ministre (!) et nuire à sa nation.Quoique là je ne sais plus s’il s’agit d’ambition ou d’orgueil! (d’ailleurs je n’ai jamais vraiment bien su ou se situait la frontière entre les deux).Alors s’il vous plait,un peu de décence!!

    1. Justement, l’ambition est créatrice, elle propulse l’être humain à se surpasser et poursuivre un but alors que l’orgueil se suffit à lui-même. On peut très bien être orgueilleux et se reposer sur ses lauriers, alors que l’ambition nous pousse toujours à aller plus loin. Par contre, ce qui m’a toujours choqué en France, c’est cette diabolisation qui ne comprend que « la soif du succès » : les médecins reconnus, les chercheurs, les artistes, les explorateurs n’étaient-ils pas eux aussi de grands ambitieux ?
      Sincèrement, il faut arrêter cette frustration autour de « l’envie de réussir » et admettre que sans elle, l’humanité n’aurait pas connu le progrès, qu’il soit spirituel ou matériel d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s