L’infini passé au crible

Lorsqu’Hergé a fait marcher Tintin sur la lune en 1957, il était bien loin d’imaginer que l’espace deviendrait le terrain d’une compétition ouverte entre puissances spatiales en devenir. Lancement de satellites, surveillance des orbites basses ou encore « arsenalisation » : les projets fusent au-dessus de nos têtes. Rencontre avec le général de division aérienne Yves Arnaud, commandant du Commandement Interarmées de l’Espace.

751px-Earth_Rise_as_Seen_From_Lunar_SurfaceDepuis qu’un tir chinois a détruit un satellite en 2007, le tabou des armes spatiales a été levé. « S’il n’est pas question de conflit, l’espace devient un nouvel enjeu de confrontation militaire », affirme le général Yves Arnaud. Un an plus tard à peine, les Etats-Unis répliquent, détruisant à leur tour un de leurs satellites « en perdition ». « Le berger répond à la bergère ». Une démonstration de force qui n’est pas sans conséquences, puisque l’explosion créée des débris spatiaux par millions, dont les risques de pollution et de collision ne sont plus à démontrer. Sachant qu’un seul déchet d’ 1cm3 suffit pour anéantir un satellite de plusieurs tonnes, autant dire le danger est réel, surtout dans le cas d’une réaction en chaine (le syndrome Kessler). Yves Arnaud l’assure, « on ne saurait nommer le chaos que provoquerait une coupure du GPS sur terre ».

Des enjeux militaires, civils et stratégiques

« Autrefois réservées à quelques rares nations pour l’usage militaire et gouvernemental, les capacités spatiales se banalisent et deviennent accessibles au plus grand nombre » affirme le général. De quoi perturber l’équilibre global ? Si le traité de l’espace interdit l’utilisation d’armes de destruction massive en orbite, cette définition floue laisse pourtant la porte ouverte à d’autres agressions. Bien qu’infini, le cosmos serait désormais de plus en plus « contesté », d’après le rapport de stratégie américaine de 2011. Si les nations ont tout intérêt à préserver leur statut de puissance spatiale, c’est dans la coopération inter-étatique qu’elles trouveront leur salut galactique. « À condition de redéfinir une gouvernance, dans un espace de plus en plus menacé ».

Un grand merci à l’ANAJ-IHEDN pour sa passionnante conférence « Comment surveille-t-on l’espace ? », organisée par le comité Aéronautique et Espace.

Advertisements

32 réflexions au sujet de « L’infini passé au crible »

  1. À nos mots et pensées,
    Ont fusionné nos plumes,
    Le temps de partager,
    Nos amours, nos coutumes,
    Et deviner peut-être,
    Vos secrets bien gardés,
    Entre les lignes tracées,
    De vos mots qui vont naître …

    Enrubannés d’Amour,
    Je vous offre les miens
    En ce temps de retour,
    Des Fêtes et Réjouissances,
    Que je vous souhaite serein,
    Aussi Beau que l’Enfance,
    Où vos Rêves vous berçaient,
    De tendresse d’Angelets…

    Manouchka ©

  2. L’espace est un terrain de jeu déjà trop petit, ne vit-on pas au rythme de stars interplanétaires ? Warf, je retourne dans mon igloo 😉
    Je vous souhaite de bonnes fêtes, chère Polina !

  3. Billet qui fait froid dans le dos… Mais bon, tout cela n’est-il pas cohérent somme toute ? Nous nous comportons dans l’espace comme sur la planète : qu’importe l’avenir, satisfaire les egos avant tout, accaparer tous les pouvoirs, toutes les ressources, sans vision autre que son misérable petit destin personnel. Science sans conscience plus que jamais…

  4. Le Muppet aussi avait un vaisseau dans l’espace – histoire de rire dans l’immensité … Ceci dit, Gagarine est un de mes héros (et premier homme à avoir franchi l’horizon!!).

    L’avantage de se disputer la haut c’est qu’il y a plus de place et qu’ils sont moins chiants pour les voisins 🙂

  5. Je préfère continuer à croire que l’espace s’expand à l’infini. J’aime cette notion que l’infiniment grand s’emplit d’infiniment petit et que nous ne sommes qu’une infinitésimale fraction d’un monde qui lui ne meurt pas.

  6. le traité de 67 visant à démilitariser complètement l’espace n’a jusqu’à présent obtenu aucune signature…( je suis allée lire des articles sur le sujet)
    c’est assez flippant tout ça 😕 même très flippant dirais-je …

    PS :ça va être difficile de partager une bouteille ensemble, vu l’espace qui nous sépare !

  7. Je pense que, heureusement ou malheureusement (à votre opinion ^^) nous ne savons pas tout ce qui se passe niveau polico-spatial.

    Et moi aussi bistroman j’ai pensé à Gravity en lisant cet article 😉

      1. Je ne voudrais pas raconter la fin du film mais nous avons dû nous séparer lorsque les débris de la station chinoise ont fracassé notre navette. Je suis sans nouvelle depuis et me sens cruellement seul en apesanteur.
        😕

    1. Si l’on se dispute l’espace, c’est surtout pour des enjeux stratégiques et d’espionnage, car les satellites qui s’y trouvent coordonnent bon nombre d’informations précieuses ici-bas, les coordonnées bancaires notamment.

      1. Je ne vais presque jamais au cinéma et c’était ma toute première fois avec les lunettes 3D. Mon jugement ne vaut pas grand-chose mais je me suis totalement pris au truc et j’ai flippé pendant tout le film. C’est angoissant de s’imaginer seul en orbite. On ne peut compter sur personne (ou presque).

      2. Je vais donc le ranger dans mon tiroir  » film qui peut être pas mal « .
        La 3D c’est une expérience qui peut être sympa. Je l’ai testé une fois mais j’ai eu le tournis, je suis parti avant la fin d’un film qui était pas terrible, fait juste pour la 3D, c’était à ses débuts..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s