L’art de battre sa maîtresse

9782749132846Sortez les cravaches Messieurs, car l’érotisme est en vogue. Comme un clin d’oeil pimenté à la vague de succès de 50 Nuances de Grey, le Cherche-midi réédite L’art de battre sa maîtresse, une dissertation burlesque signée Pierre-Jean Grosley datant de 1768. Préfacé par Michel Delon et apprêté d’une nouvelle couverture résolument baroque et « sexy », cet exposé loufoque se voudrait presque provoquer une époque où on ne peut plus « gifler un enfant sans mobiliser les ligues de vertu, faire rougir les fesses d’une amie sans voir débarquer une escouade de Femen, tous seins dehors. Il semble même interdit d’en rire. » Aux sujets délicats, place au second degré : qu’on plaisante ou qu’on s’indigne, « on ne fait point la paix sans avoir eu la guerre ». Un sain masochisme, ou « raffinement extrême entre amants conscients et consentants qui savent jusqu’où ils peuvent aller trop loin ». 

Fini le temps des épouses modèles et rangées, la femme rêvée est une peste : en témoigne une citation de 1842. « Je veux une maîtresse ainsi faite, qui, sans raison, cherche querelle, qui n’affecte pas de s’exprimer comme une innocente, qui soit gentille, agaçante, la main leste, reçoive les coups, me les rende, et, battue, implore un baiser. Car, si elle n’a pas de caractère, si elle est honnête, prude, sage…Malédiction ! Autant qu’elle soit ma femme! ». Ovide en personne conseillait aux dames d’égratigner leurs amants pour mieux entretenir la flamme, car « où serait la gloire de plaire, si l’on n’avait pour la personne aimée de que bons procédés ? » Avis aux amatrices de mommyporn, la tendance est à l’enrobage SM et à l’audace des amours décomplexées. Aphrodisiaque stimulateur de fantasmes. Si l’humour grinçant révulse aujourd’hui les belles âmes, cette dissertation est à prendre comme une farce savante et joyeuse, avec la légèreté d’un claquement de fouet sur le derrière.

Publicités

52 réflexions sur « L’art de battre sa maîtresse »

  1. Le titre est percutant en tout cas. L’auteur a le sens de la provocation ! Mais c’était bien trouvé ^^

  2. @ »Un sain masochisme… » – « ça » existe?!… 😉

    autrement, I’m not into SM at all, tout ce que je puis rajouter c’est que chaque personne a sa propre sexualité, avec des préférences et de goûts uniques, donc « de gustibus et coloribus non disputandum… » – « Il ne faut pas discuter ou se disputer sur les goûts et les couleurs. » 🙂

  3. Les critiques autour de « Fifty shades of Grey » étaient trop mitigées, du coup, je me suis pas vraiment intéressée à ce livre. Celui-ci, pourquoi pas ? En tous les cas, la couverture est belle 🙂

  4. Comme beaucoup de personnes, moi aussi j’avais voulu essayer de lire 50 nuances de grey, et j’ai vite arrêté tellement c’était, nul ?!! Oui c’est ça !! 😀
    Du coup maintenant je n’ai pas vraiment envie de lire d’autres livres de ce genre mais en tout cas une chose est sûre, le livre dont tu parles ne peut pas être pire que 50 nuances ! 😀

  5. Quelle merveille ! Rien que le titre et la couverture, un délice de saveur. Tu devrais te lancer dans le mommy porn, ton article vaut littérairement les trois volumes de 50 shades réunis (non, je ne l’ai pas lu, les extraits m’ont suffisamment fait souffrir…)

    http://www.mamzette.com/blog

  6. J’ai acheté 50 nuances mais jamais réussi à me mettre dedans! Ce n’est peut être pas pour moi la littérature « érotique » 🙂
    Bisous

  7. Je n’ai pas lu la série des 50 shades qui m’apparait trop mièvre et mal écrite malgré son sujet, ce roman là m’attire bien plus…

  8. J’attendais beaucoup de 50 shades of grey et puis j’y ai découvert une presque fanfiction de twilight à laquelle ils avaient juste changés les noms, comment te dire que la littérature érotique avec ses « chefs d’oeuvres » en a pris un coup dans mon esprit.. 😥

  9. Je n’ai pas lu 50shades of grey et à vrai dire il ne m’attire pas du tout, je n’ai pas l’impression que ce soit de la grande littérature… Et le SM c’est pas trop mon truc non plus, je ne pense pas non plus que je lirai l’art de battre sa maitresse non plus ^^

  10. oulàlà j’ai honte avec mes commentaires moi, quand je vois comme les autres parlent bien 😦
    je n’ai pas lu 50 nuances de grey mais j’en ai entendu beaucoup de bien, enfin pas sur qu’un livre traitant de rites sadomasochistes me plaise…quoique ?! mdr
    et oui je pense que les hommes aiment les femmes en nuances, les femmes qui savent être l’épouse modèle le jour, pour ensuite se transformer en une femme capricieuse un brin princesse. Il ne faudrait jamais être la même pour plaire à ces messieurs, mais le naturel revient vite au galop. Du coup, la maitresse s’impose comme la solution idéale (hein quoi, comment j’ai pu dire ça moi!!?) 😉

  11. Preuve que notre Postmodernité n’a rien inventé en termes de déconstruction des normes instituées, & que la Fantaisie (lubrico-fantasmatique) avait droit de cité à l’heure de la Raison triomphante aussi 😉
    a presto, Antoine

  12. Je n’ai jamais voulu lire 50 Nuances de Grey, mais j’ai pu constater une évolution des mœurs au sein des couples et dans les mentalités! La femme se veut être une « femme fatale » dominante et indépendante!

  13. Perso je n’ai encore jamais lu 50 nuances de grey… Bien que certaines amies insistent. Au contraire ce petit livre me donne beaucoup plus envies. Que veux tu…je suis assez classique dans mes fantasmes !

  14. Faire le parallèle entre le XVIIIème et aujourd’hui dans les relations adultères est génial ! Certains extraits sont criants de modernité !

  15. Comme quelques autres ici plus haut, j’espère qu’il est bien plus excitant qu’un 50 nuances de Grey, qui m’a vue m’assoupir au bout de dix minutes (oui, je suis plutôt du genre insomniaque). En tout cas, la couverture le présage…

    1. Je n’ai pas lu 50 nuances de Grey, mais je parie que cette petite dissertation de moins d’une centaine de pages fera bien plus rire et cogiter qu’un best-seller d’initiation sexuelle ;-).

  16. Je pense instantanément au clip de Madonna Erotica, mais il ne s’agit pas que de l’art de battre sa maîtresse mais aussi son amant! c’est vrai ça, nous aussi on veut jouer…
    Rhoo, je sors! ;-))

  17. J’aime bien ce billet !!! Il m’a fait rire car les 50 nuances ne m’a donné l’envie de lire le tome II ! On ne peut pas dire qu’il soit littéraire … pff 600 pages à avaler dur dur comme des coups de cravaches !
    Le livre dont tu parles me parlerait peut-être plus … pourquoi pas !
    En tout cas moi, complètement démodée , je préfère le romantisme mais ça existe toujours ça ? Pfff elles aiment bien s’emmerder ces femmes !
    Bon WE Poline

  18. oh moi je viens juste de finir le tome un de fifty shades of grey et j’ai trouvé que le livre avait bien peu d’innteret mais oui, la litterature erotique est en vogue. je me plongerais bien dans la lecture de sade plutot!
    bise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s