Où sont les femmes ?

« Aujourd’hui, si un homme tient la porte pour une femme, il y a de fortes chances pour que ce soit le portier. » disait Mae West. Plus que jamais d’actualité, cette pilule pourrait être difficile à avaler la veille de la « Journée mondiale de la femme ». Même pas. C’est bien là tout le problème. Alors que les Russes érigent le 8 mars  en véritable célébration nationale – où les hommes couvrent de fleurs et de cadeaux toutes celles qui les accompagnent au quotidien (mères, filles, épouses et amies) – en France cette journée passe dans le meilleur des cas inaperçue. Moquée, raillée et même qualifiée d’« agaçante » par Geneviève de Fontenay, on en vient à se demander si cette date possède encore un sens. Un flop déplorable.Il faut dire qu’avec des slogans aussi pertinents que « l’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour tous et pour toutes », la fête ne promet pas d’être folle. Même le 22 janvier, journée nationale de la chips, semblerait presque plus digne d’intérêt. La faute au féminisme dira-t-on, où plutôt à ses dérives actuelles qui n’ont rien avoir avec le noble combat mené au départ.

À force de vouloir montrer à l’Homme qu’elle était son égale, la femme en a oublié que la liberté ne se conquiert pas à coups de gueulardes castratrices. Décomplexées, indépendantes et auto-suffisantes, certaines ont fini par zapper l’étincelle essentielle de leur véritable nature. La féminité. Que reste-t-il du chien de la créature fatale, de ce charme inné qui, autrefois, forçait les Messieurs à se retourner dans les ruelles, la bouche bée ? Une horde de seins-nus et braillards, à l’instar des Femen qui s’auto-proclament féministes alors qu’elles ne cherchent au fond qu’à choquer l’opinion publique en détruisant le peu de valeurs qu’il lui reste. Autrement dit, pas grand chose.

Si la femme d’aujourd’hui n’est plus célébrée à son juste titre, que ce soit le 8 mars ou les 364 autres jours de l’année, c’est parce qu’elle ne projette plus la part de rêve dont elle était le symbole il y a seulement un demi-siècle. Regrettable quand on sait à quel point sa situation a évolué. La galanterie n’a pas disparu de ce monde uniquement parce que les gentlemen l’ont déserté ; elle résulte notamment de la perte de l’idéal féminin. De tous temps le « beau sexe » a personnifié le fantasme, pourquoi ne pas mettre l’assurance récemment acquise au service d’une sensualité plus assumée ? La porte reste ouverte pour ressusciter le mythe. Là, derrière, je crois même que quelqu’un la tient.

74 réflexions sur « Où sont les femmes ? »

  1. Tout à fait d’accord! A force de crier à l’égalité, ces femmes ne font que créer un fossé entre l’image réelle de la femme et le fantasme de devenir des quasi-hommes… Moi je suis femme et ça me convient très bien comme ça 🙂

  2. Moi , je suis un peu perdu, je ne sais plus si c’est ridicule ou pas d’ouvrir une porte. Avant je prenais beaucoup de plaisir a le faire, sentir le parfum de la femme qui vous frôle en passant, admirer sa nuque au passage…..

  3. Ah sujet délicat mais sujet à traiter! Le féminisme est devenue la lutte des sexes au lieu d’être une lutte pour l’égalité des sexes. La femme ne doit pas être érigée comme un objet c’est ça le fond. On devrait se pencher sur la vision qu’offre la pub, le market et le commerce plutôt que de perdre du temps à railler cette journée.

  4. Je suis féministe sans jamais avoir montré mes seins. Il a tellement d’autres moyens d’essayer, au quotidien, de se faire respecter. Car c’est là le vrai problème de notre temps : le respect de la femme. Le sexisme ordinaire m’agace au plus haut point : sifflements dans la rue, contemplation de haut en bas comme si j’étais un steack haché chez le boucher, petits « hé madmoizelle! »… C’est pour cela que je me bats, pour la femme ne soit plus un objet, qu’elle soit respectée en tant qu’être humain, tout simplement!

  5. Mae West, la première des actrices féministes! Quelle sacrée bonne femme, méconnue, hélas, aujourd’hui.

  6. la journée de la femme passe aussi inaperçue que la fête des grands-mères, si tu vois ce que je veux dire….. J’ai eu droit à un cadeau chez Camaïeu( un gloss hein, pas un livre sur le combat des femmes!), parce que j’en avais pour 30 euros d’achat! C’est dire l’importance du truc! ;))).Elle n’a pas du tout l’impact qu’auraient souhaité toutes ces femmes qui se battent pour leur liberté, leur éducation, leur dignité. Le combat est encore long!

  7. L’égalité ce n’est pas masculiniser la femme et c’est tout le problème de certaines féministes qui voudraient presque effacer ce que la nature à souhaité différencier. Nous sommes différents c’est un fait mais plutôt que de s’attaquer à la différence, il faut s’attaquer au traitement différencié que la culture façonne et que le marketing publicitaire entretient!

  8. Depuis 2 ans, mon patron est anglais et depuis 2 ans pour la journée de la femme, nous avons droit à un petit mail et une rose. C’est pas grand chose mais c’est le premier qui le fait et ça fait une grosse différence. A contrario, un syndicat , que je ne nommerais pas, nous a offert un kit de couture … déplorable ..

  9. Je ne peux que reconnaître que nous n’avons jamais été considérées égales aux hommes, et que l’égalité n’est que mirage, mais d’un autre côté je pense que c’est à,chacune vraiment de se battre pour la façon dont elle veut être traitée et malheureusement en plus de tout il n’y a pas de solidarité.

  10. Il est bien que les femmes ne soient plus les femmes objets qu’elles ont étés trop longtemps, reléguées au rang de pin-up si elles ont « le format » ou de femme à la maison, si elles rentrent pas dans le moule 90-60-90.

    Ce n’est pas qtout de se libérer, faut s’assumer en femme libre. C’est pas tjs gagné.

  11. Vaste sujet effectivement ! Plus basiquement, je me demande pourquoi il y a une journée de la femme ? Pourquoi doit-on nous  » fêter  » une fois par an ?! Cela veut-il que le reste de l’année, c’est la fête de l’homme ? Un peu caricatural tout ça, non ? Je me pose la question !

  12. Beau témoignage, il faudrait que les femmes se révoltent quelquefois! Quand on voit des femmes violées et battues dans l’indifférence générale cela fait froid dans le dos! Je suis souvent outrée par des témoignages de mes congénères qui subissent la violence de leurs époux. On devrait penser aux femmes plus souvent et pas seulement le 8 mars!

  13. Je me fous de cette journée Les femmes ne sont pas une espèce en voie de disparition ou je ne sais quoi et puis toutes ces journées, sans tabac, sans portable etc c’est du n’importe quoi, quand les femmes seront payées à salaire égal aux hommes pour le même taf alors ce sera la journée de le femme !
    Bisous
    Valentine

  14. Polina, je pense que je suis inutile ici,
    en fait cela fait quelques jours que je dévore tes articles, me disant que je vais encore pouvoir mettre ma touche aux nombreux débats qu’ils génèrent mais.. Mais non, parce que je ne me sens sois pas concernée, soit car je n’ai strictement aucune culture dans le sujet, ou encore parce que j’adhère totalement et qu’il n’y a rien à ajouter. Donc, par peur de dire n’importe quoi, je garde le silence, mais ne t’en fais pas, je ne t’oublie pas, et je reste, visiteuse invisible (ou pas).
    On dirait vraiment une lettre d’amour mon machin.

    En tout cas par rapport à la journée de la femme j’ai pu expérimenter ça le jour même avec les garçons du lycée « Ah, c’est aujourd’hui ? C’est pas que je m’en fout totalement mais.. comment dire ».
    C’est triste.

  15. Trop nombreux(ses) sont ceux qui associent encore féminisme et anti féminité…. Tant qu’Elles n’auront pas les mêmes chances qu’Eux bien évidemment le combat perdurera avec l’espoir fou que cela servira à celles qui sont muselées, pas si loin d’ici finalement…. Dommage ! Vraiment dommage ! Car si tout en étant différents les femmes et les hommes avaient enfin les mêmes droits et devoirs, on n’en serait plus là !

  16. Vive la femme, personnellement je suis carriériste et je l’assume complètement, pas encore d’enfants et bientôt 31 ans lol.

      1. Vous voulez dire, qu’elle devient moins désirable, tant pour son mari qu’aux yeux des autres hommes ?

      2. La partie qui suscite un déclic chez moi est le « Pas encore d’enfant et bientôt 31 ans ». On peut dire: « Je suis carriériste et je veux consacrer ma vie à ma carrière ». On peut dire: « Je ne veux pas d’enfant, je n’en ressens pas le besoin » ou simplement « Je n’ai pas d’enfant et je n’en veux pas ». Je connais une jeune femme dans la vingtaine, en couple, qui affirme ouvertement cette dernière phrase et c’est parfaitement OK en ce qui me concerne puisqu’elle l’assume parfaitement.

        « Pas encore d’enfant et bientôt 31 ans » me semble, d’une part, mettre en lumière une forme d’urgence, biologiquement compréhensible et d’autre part le « Vive la femme » du début peut être interprété comme « Je profite pleinement de ma vie de femme, puisque je n’ai pas d’enfant ». Rien n’est dit aussi clairement, c’est juste une façon de décoder en fonction de ce que je ressens à lire ce commentaire. Il faut dire que je me sens un peu mal à l’aise à exprimer ainsi le fond de ma pensée. Je ne suis pas psychologue, juste un lecteur et je ne voudrais pas offenser Émilie.

        Par ailleurs, à mon avis, une femme avec ou sans enfant est aussi désirable aux yeux des hommes, c’est plutôt une question de contexte, de disponibilité, de désir de plaire ou de charmer qui sont les bougies d’allumage du désir entre deux êtres.

  17. C’est un bel article, très intéressant, très plaisant à lire. Après je ne suis pas spécialement d’accord avec tout ce que tu y dis mais je trouve que tu as du courage de donner ton opinion sur un grand point comme celui là qui est souvent délicat!

  18. Elisabeth je me faisais la même réflexion que celle-ci :  » Mais les inégalités persistent et ce n’est pas juste… d’ailleurs, pourquoi il n’y a pas de la journée de l’homme ??? « . Certains et certaines répondront que la journée de l’homme c’est les 364 autres jours.

    Il n’y a pas de journée de l’homme car il n’en a pas besoin !?! Petit raccourci qui peut faire des ravages. En effet, il n’y a pas de journée de l’homme car l’homme a longtemps eu – chaque jour – les privilèges auto-octroyés de sa condition. Ainsi, et c’est ça qui est dommage, chaque homme qu’il soit bon – dans son rôle envers les femmes – ou qu’il ne l’est pas, porte en lieu le poids – dont il doit se repentir – de la culpabilité génomique. Ainsi, souffrant de cette injustice, il répondra aux armes par les armes, au rejet par le rejet, au sexisme par le sexisme.

    Quand il y a une journée de la femme sans en avoir une des hommes il y a inégalité.

  19. Je crois, qu’il y a deux sujets distincts, bien que liés dans ton billet, Polina, excellentissime, comme d’habitude. Le combat des féministes a été nécessaire et a apporté un changement énorme. Juste pour dire que le droit de vote nous a été accordé en 1948 ! Il y a eu des dérives, certes car, comme tu dis : « À force de vouloir montrer à l’Homme qu’elle était son égale, la femme en a oublié que la liberté ne se conquiert pas à coups de gueulardes castratrices »
    Mais les inégalités persistent et ce n’est pas juste… d’ailleurs, pourquoi il n’y a pas de la journée de l’homme ???
    Quant à la féminité oubliée, je suis la première à la regretter, ainsi que la perte de repères où personne ne trouve plus sa vraie place.
    Et, comme plusieurs l’ont dit, nous ne serons jamais pareils car différents par nature mais cela devrait nous enrichir et non pas devenir un sujet de combat.
    PS. Je garde aussi une pointe de nostalgie de mes années de l’école en Pologne où les garçons nous apportaient les fleurs 😀

  20. La femme de jadis avait un pouvoir, une arme sûre, sa féminité. Mais cette féminité est de nos jours considérée comme une sorte d’handicap pour certaines et c’est bien dommage.

    Bravo pour ton article!

  21. J’essaie de faire en sorte que ce soit la journée de ma femme chaque jour de l’année.
    Ma femme essaie de faire en sorte que ce soit ma journée chaque jour de l’année.
    Et ça se passe à merveille.

  22. Je suis tellement d’accord avec toi et ton article !
    Mais bon d’un autre côté je me dis pourquoi fixer une journée dans l’année et en consacrer 364 autres à l’homme ? C’est la fête de toutes les femmes tous les jours. La femme s’est battu pour avoir des libertés mais désormais les respectent-on vraiment ? En tout cas très bel article comme toujours 🙂

    1. Pourquoi? Y a-t-il 364 autres journées dédiées à l’homme? Les respectons-nous les libertés des femmes? Je crois que oui. Les femmes se sont battues pour avoir des libertés mais les hommes se sont battus à leurs côtés.

  23. Je ne veux pas être l’égale de l’homme mais je veux être traitée de façon égalitaire! Je pense être féminine, je n’ai rien contre la galanterie et je ne me sens pas vraiment proche du mouvement des femens pourtant je suis féministe tous les jours avec mes collègues, mes supérieurs, mes amis, ma famille, les enfants avec qui je travaille… je refuse de laisser passer la moindre chose sur ce sujet parce que c’est tellement injuste d’avoir peur, de ne pas pouvoir progresser dans sa carrière, que les autres aient un avis à donner sur tes choix de vie uniquement parce que je suis née femme!

  24. je n’ai pas cette impression de perte de féminité , moi…..Il est certain que nous ne fréquentons pas les mêmes sphères, mais non, je ne crois pas que ce soit à ce point-là….Quant au féminisme, il y a encore de nombreux combats à mener : de quelle façon, je ne sais pas???Quelle est la bonne méthode, je n’en sais rien? Mais je ne peux totalement renier les Femen qui, en tout cas, en Russie, mettent leur existence en péril quand même…. A ce titre, je ne peux que saluer leur courage!

  25. Quelles justes remarques que ton article et les commentaires qui le suive, alors moi oui, parlons d’égalité, les femmes ont leur journée et cela me ravie même si le sens donné n’y est plus très justifié… et si nos hommes aussi avaient la leur ? C’est ça aussi l’égalité hommes/femmes ! Je me fais souvent cette remarque lors de la fête des grands-mères, une gentille et commerciale attention dont les grands-pères n’ont jamais eu l’occasion de profiter…
    Alors Oui les femmes donnent la vie et oui (je sais de quoi je parle) j’ai le sentiment que le partage des tâches, la rem, la considération n’est pas franchement euh… partagé… mais positivons un peu et soulignons ce qui est fait de positif pour remédier à cela !
    Je refuse que mon côté féministe soit représenté par des extrêmes qui franchement ne donnent pas envie et ne sont à mon avis pas représentatives des femmes d’aujourd’hui ! Et aussi ! (j’aurais jamais autant écrit pour un com tu sais ! C’est que ton sujet m’inspire !) profitons de la galanterie qui reste, savourons-là et remercions-là pour que nos hommes continuent de le faire sans se sentir nécessairement des séducteurs avertis !
    Bon stop j’ai pris toute la place ! Je t’embrasse fort
    Signé : la vieille réac !

  26. Bonjour à tous, à mon avis, c’est tout d’abord une question d’éducation du garçon comme de la fille.
    Comme quand on apprend à dire bonjour et merci, la politesse, la courtoisie et la bonne éducation peuvent être perçus comme de la galanterie quand ces actions viennent de l’homme.
    Néanmoins, on ne parle pas de galanterie quand ça vient de la femme, on appelle ça de la délicatesse.
    Je rejoins le commentaire de Meho sur le jeu de la séduction, tout ça ne dure qu’un temps et il ne tient qu’à nous de l’entretenir.
    On déplore le manque d’attention de l’homme en général, mais il faut quand même avouer que certaine d’entre nous me font honte d’être femme.
    Vulgaires dans l’attitude et dans le verbe, agressive et sur la défensive constamment voir même belliqueuse et bagarreuse.
    Tu m’étonnes que les mecs (biens) ont peur de se lancer, si c’est pour se prendre un revers du genre : non mais l’autre, tu t’es vu? Pour qui il se prend ce blaireau….;-))
    Je pense qu’une femme susceptible d’être touchée par des égards masculins se prépare mentalement et physiquement. C’est aussi une question de respect de soi, si je veux que les autres me respectent, je me respecte.
    J’aime les homme courtois et j’encourage ceux qui le sont, après on trouve bien évidemment les « mal dégrossis », mais pour ceux là, il n’y a malheureusement rien à faire si ce n’est pas un désir de changement personnel et il vaut mieux les éviter.
    Je suis forte mais juste ce qu’il faut sans stratégie aucune, je pense qu’il faut laisser sa part de force à l’homme pour qu’il nous chouchoute.
    Ma journée, c’est toute l’année et samedi du coup, je fêterai la journée de l’homme!

  27. Par chez moi on dit « Pelleter des nuages ».

    Il y a des femmes qui aiment la galanterie. Certaines n’en ont rien à foutre. D’autres s’en accommodent et pour d’autres, c’est une exigence. Ouvrir la porte à quelqu’un, par exemple, n’est rien d’autre que de la courtoisie.

    Effectivement, si je désir qu’une femme me voit comme prétendant officiel, je vais être galant avec elle. De la même façon que cette femme démontrera un côté incroyablement vicieux au lit dans les premiers mois de rencontre.

    Je ne sais pas si c’est l’homme qui en premier se met à ne plus ouvrir la porte ou bien si c’est la femme qui devient moins généreuse sexuellement mais, nous pourrions tous être d’accord sur le fait que ces petits gestes, habituellement utilisés pour mousser sa candidature, se font moins fréquents une fois que le poste est comblé non?

    La journée de la femme, pour moi, doit être célébré par tous et toutes en souvenir des femmes qui se sont battu (et qui n’ont rien à voir avec bien des femmes d’aujourd’hui…) pour l’égalité des sexes et en signe de soutien aux femmes qui se battent toujours pour ce même but. Sinon il me semble que l’égalité de la femme devient rien d’autre qu’en carnaval où les femmes demandent un statu particulier.

  28. Cela rejoint un peu l’article « bonne femme » sur le blog …
    Je suis entièrement d’accord avec toi et c’est un vaste sujet !
    Juste une petite remarque, pourquoi une journée pour être « célébrées  » et 364 autres pour être mieux « oubliées » violentées, rabaissées etc… Quelle hypocrisie !
    Un jour hommes et femmes seront peut être égaux mais différents et cette journée n’aura plus lieu d’être

  29. Super article, et comme d’habitude, on adore te lire rien que pour la qualité de ton style.
    Je suis d’accord et pas d’accord par rapport à la disparition de la féminité.
    D’un côté, on s’est tellement éfforcé à ne faire comprendre à tout le monde que la femme n’est pas le sexe faible, qu’on finit par vouloir l’assimiler avec un homme…par exemple certaines hommes sont peut être moins galants car la galanterie d’antan était destiné à celle qui necessaissitait d’être protégée, car plus vulnerable, faible… aujourd’hui, la galanterie est parfois ressenti comme un geste de quelqu’un qui est plus fort que nous. Un peu comme le mec dans la chaise roulante ou on ne sait pas si on lui rend un serrvice ou pas si on lui pose la question s’il a besoin d’aide pour ouvrir la porte (« est ce que dans ce cas là, je lui donne l’impression dëtre faible? »), on a peur de la galenterie, les deux sexes peuvent mal l’interpreter!

    Puis, le souci cest qu’on parle d’égalité en depeignant une image de la femme qui bosse autant et gagne autant que son homme. MAIS la réalité est qu’elle va peut etre bosser autant, mais elle va EN PLUS assumer les rôles qu’elle avait déja durant les siècles d’avant! Donc ce n’est pas égalitaire!!! on veut faire d’elle un homme au professionel, et qu’elle reste la femme à la maison, svp! CA, c’est faux – cul!

    Par contre, je vois tellement de féminité autour de moi, et cela me ravie! Rien que dans la blogosphère j’en voie tous les jours niveau style. Moi même j’adore être traitée comme une princesse et je ne me vexe pas car j’ai assez de confiance en moi pour savoir que que je peux Savourer la galanterie car j’en ai PAS besoin, c’est juste un plaisir en plus!
    Avant, la galanterie était le minimum de recompense que les hommes nous devaient quand on avait rien, pas de droits ni même l’intelligence des hommes (pensait-on). Aujourd’hui, la galanterie est devenu un cadeau qui fait peur à certains et fait pour autant plaisir à beaucoup de femmes!

    Vivement le jour ou on n’aura plus besoin d’un 8 mars pour célébrer la femme, car elle mérite, autant que l’homme, d’etre celbree toute lannée.

  30. Je sis entièrement d’accord avec toi, Polina. Si tu fouilles dans mes archives, tu verras un billet intitulé « Mademoiselle chante le blues » qui explique le fond de mes pensées sur le féminisme et là où il nous mène. Avoir les mêmes droits que les hommes, oui. Sacrifier la féminité et le droit d’être autre chose que l’image de la femme de carrière revendicatrice souvent mise en avant pas les féministes pour y parvenir, jamais. On est différent, et la différence n’engendre pas forcement de la supériorité – ni d’un côté, ni de l’autre. Il faut être bien dans ses baskets, point final.

  31. Nous ne serons jamais l’égal de l’homme parce que tout simplement nous sommes différents ce qui ne veut dire moins bien ! Essayons de vivre ensemble qu’ils soient galants ou pas mais acquérir les mêmes droits est un droit pour les femmes !

  32. Merci pour ce billet un peu à contre- courant et pourtant si vrai.
    La véritable égalité sera acquise, lorsque la femme aura les mêmes droits après avoir retrouvé sa féminité. Pourquoi serait-ce une contradiction ?

  33. Je ne pourrai pas dire que mieux que ce que ton article raconte, ni que ce que les commentaire ci-dessus soulignent. Pourquoi je commente, alors? Parce que je suis têtue et que je suis trop d’accord pour ne pas le dire 🙂
    Cessons donc de gommer toutes les spécificités de la femme, assumons-les! L’équité plutôt que l’égalité, voilà ce que je veux, moi.

  34. Mae west ne me connaissait pas, c’est un geste ancré chez moi, et je ne suis pas portier lolol
    une citation dit « Les femmes commencent à se passionner pour la réussite professionnelle au moment ou beaucoup d’hommes s’aperçoivent que c’est un attrape-nigaud. »
    et peut etre que cela n’aide pas la femme a etre estimée pour sa féminité « moins assurée », sans vouloir froisser qui que ce soit.
    d’ici que je me prenne un coup de parapluie :-p

  35. Voilà un sujet sur lequel j’ai pas mal de choses à dire.

    Tout d’abord, à force de se battre pour la soi-disant « égalité » (un jeu perdu d’avance puisque les hommes et les femmes sont différents par essence, alors à quoi bon comparer l’incomparable?), les femmes ont obtenu un résultat bien triste : la féminité a tout bonnement disparu.

    Les hommes de nos jours sont paumés face à tant d’assurance, face à cette indépendance tant voulue. Autour de moi, de plus en plus de femmes avec des gros jobs, carriéristes et fières de l’être, aussi seules que malheureuses, parce qu’elles ne savent plus que faire, puisqu’elles pensaient être les femmes modernes et au final cette modernité n’est pas vraiment agréable à vivre.

    En France j’observe que les hommes ont peur de faire les compliments aux femmes (tout de suite assimilés à de la drague), certains oublient bien souvent la galanterie, inutile puisque la femme est un homme comme les autres.
    Et puis à force de se battre pour l’égalité, on a rayé les tenues féminines de notre dressing, on ne veut surtout pas paraitre fragiles, sensibles, vulnérables, on est fortes nous, hein ?
    Un coup d’oeil rapide sur la mode le prouve : c’est l’ère où la femme doit s’habiller avec les codes masculins ou bien jouer les sexy glamazones. La douceur, la poésie sont devenues « has been », niais, fades.

    Pour ma part, lorsqu’un homme me propose de m’aider à porter mes valises, je lui réponds « Avec plaisir », non seulement parce que cela me soulage, mais aussi parce que j’aime voir les hommes se sentir hommes, mâles, forts et puissants.
    Et tant pis si je passe pour une petite chose fragile, c’est aussi très agréable de temps en temps 🙂

  36. Ah, tu es courageuse! Tu pourrais attirer les foudres d’un certain type de féministes. C’est un sujet si délicat… Mais j’en suis arrivée au même constat, moi ancien garçon manqué: c’est comme si, à force de vouloir être l’égale de l’homme, on avait voulu en devenir un, nous aussi. Et c’est bien dommage! D’ailleurs, je ne crois pas que c’était l’idée de départ de nos grands-mères, ni que l’on se respecte plus de cette manière. Au contraire, nous ne faisons qu’aller dans le même sens que ce vieux machisme démodé: le féminin, c’est inutile. Nous avons perdu en chemin certains atouts (et la Terre, le monde, la société en souffrent!).
    Par contre, je ne connais pas bien la Russie, mais j’ai fréquenté un russe, et autant oui, il avait su garder cette ode à la femme présente et c’était très plaisant ; autant, là où mes précédents galants avaient avancé, lui, s’était engouffré dans un marécage.
    Mon rêve serait de trouver un homme (et une société) qui englobe ces deux qualités: un respect pour le féminin et … pour le masculin qui réside en chaque femme. Parce que dans une certaine mesure, nous sommes les deux!
    Merci Polina pour tes beaux articles.

  37. la femme n’a jamais été considérée, et la galanterie s’adressait à une certaine catégorie, donc la vie des femmes avant je pense pas qu’elles etaient tip top,
    on nous a toujours appelé le sexe faible, pfff,
    la femme n’a pas voulut quitter sa féminité elle a voulut l’égalité en droit, car encore actuellement la femme gagne moins qu’un homme
    et ok , on voit cela en Europe, mais beaucoup de pays, les petites filles sont pas désirées voir tuées a la naissance ou pas soignées,
    nous on se plaint mais sur la planète encore beaucoup de choses sont à évoluer
    c est pas la femme qui n’est plus féminine
    c’est peut etre l’homme qui a mal évoluer on va dire,
    on nous incrimine toujours alors ?
    bon, moi je cherche pas a etre feminine, je le suis dans mes gênes, ok je suis moins forte musculairement, bon, je pense qu’on se compléte avec les hommes,
    ils aiment bien tout de meme se refugier dans nos bras pour se reposer aussi,
    et apprecie notre coté maternel,

    1. D’accord avec toi Blabla ! 🙂
      J’ai un gentleman qui me tient la porte, mais il ne le fait que par pure éducation et conditionnement et habitude… Et à part ça, aucune fioriture pour que je me sente une créature fatale ! Faut dire que les prédécesseurs qui s’y sont essayé m’agaçaient parce que ça sonnait faux…
      Je me sens plus à l’aise finalement avec un homme qui me traite plus ou moins comme son égale sans hypocrisie qu’avec un galant incohérent.

      Et la journée de la femme… Plus que des questions de galanterie, ça m’évoque la violence conjugale, et ça, ça devrait être une préoccupation de tous les jours.

  38. Tellement d’accord. Je travaille dans un milieu ou les hommes sont toujours plus intelligents et malins et ou nous qui résolvons tous les problèmes comprenons la technicité et la mettons en place. Pour eux nous sommes des mamies au delà de 40 ans, des grognaces à 30 ans et des pouffes à 20 ans. Le seul problème c’est que face à moi qui est plus de 40, revendique ma féminité sans vulgarité, ma fidélité à mon mari que j’adore et des compétences supérieures aux leurs… ben ils retrouvent de vieux réflexes, me laisse passer en premier et me tiennent les portes…. Mesdames, Mesdemoiselles restaient femmes ma pas « princesses » …. Sinon nos mères se seraient battues pour quoi! et la Femme aura disparu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s