Oleg Dou, plastique mais pas toc

L’âme humaine mise à nu. Traits lissés, regard figé et visage dénué d’expression, telle est la signature magnétique du photographe Oleg Dou, une valeur montante du marché de l’art découvert par Liza Fetissova, commissaire de l’exposition. Inconnu du grand public il y a seulement quelques années, cet alchimiste de l’image s’est très vite imposé grâce à une esthétique aussi lustrée que stérile, reconnaissable parmi toutes. Une griffe découverte par pur hasard, dont le succès est d’autant plus paradoxal que l’artiste« détestait être photographié dans son enfance », vivant chaque prise de vue comme un« véritable traumatisme »« Le rendu était décevant, j’avais exactement la même expression stoïque sur toutes mes photos…alors la meilleure solution que j’ai trouvée a été de me cacher derrière l’objectif » confie-t-il. Comme pour prendre sa revanche sur cette blessure originelle, Oleg Dou reproduit en série – non sans acharnement et avec une précision chirurgicale – ce visage atone qui fut longtemps le sien. Un plaisir qu’il qualifie lui-même de « sadique », tortionnaire projetant ses propres angoisses dans le prisme occulte que deviennent les modèles. Androgyne, futuriste et quasiment dénuée de chair, cette succession de visages anonymes perturbe autant qu’elle fascine, sans jamais laisser indifférent.

© Oleg DOU / Courtesy : galerie Russiantearoom
© Oleg DOU / Courtesy : galerie Russiantearoom

Maniant son objectif comme un scalpel, Oleg Dou exorcise la substantifique moelle de chaque être, pour le transformer en avatar conjurateur de névroses et invitant à l’identification. Rien ne gâche son plaisir : « au final, c’est moi-même que je retrouve dans chacun de ces visages ». Le spectateur pourrait en dire tout autant. Privés de chair, d’identité, voire de la moindre consistance biologique, ces hybrides « mutants » portent une réflexion profonde sur le vivant, l’artifice, la fuite du temps et la jeunesse éternelle. Somme toute, la magie d’être simplement humain. Si les œuvres d’Oleg Dou déroutent tant ceux qui les regardent, c’est parce qu’elles témoignent d’une époque chancelante, dont la perte de repères fait immanquablement écho à la sensibilité de chacun. Anxiogène, car fragile comme de la porcelaine.

RUSSIANTEAROOM www.rtrgallery.com

Article rédigé pour Le Courrier du Parlement. 

Publicités

50 réflexions sur « Oleg Dou, plastique mais pas toc »

  1. Je ne connaissais pas cet artiste, j’ai en revanche pu contempler des sculptures à l’esthétique similaire au Guggenheim, l’été dernier. Elles m’avaient tellement glacée que ce sont les seules oeuvres du musée que je n’ai pas prises en photo…
    Bises Polina !XOXO
    Jeanne
    http://fashionmusingsdiary.com

  2. Et bien moi j’adore ! Voilà à mon tour une belle idée expo qui s’offre à moi, et je t’en remercie 🙂 J’aime ce côté presque choquant et sans concessions ! Vive les artistes qui bousculent le regard !

  3. Je découvre cet artiste et ses oeuvres qui effectivement me mettent mal à l’aise mais n’est-ce pas le propre de l’art que de provoquer des réactions !

  4. Ces portraits sans âme ont quelque chose de troublant, mais séduisant ! Je ne sais pas si c’était le but de l’artiste, mais ça me pousse à réfléchir sur l’usage excessif qu’on fait des logiciels de retouches aujourd’hui, rendant la beauté des mannequins aussi surnaturelle et glacée que les papiers de magazines.

  5. Un artiste impressionant! ces oeuvres me mettent mal à l’aise, mais cest justement pour ca que je lui tire le chapeau, rare sont les artistes qui arrivent à nous faire réagir emotionellement! bises, naelle de http://www.once-in-paris.com

  6. Je trouve ces photos fascinantes! Un vrai travail d’artiste qui nous renvoie à l’utilisation poussée à l’extrême de photoshop dans la plupart des shoots!!!

  7. Avant même te te lire, j’ai regardé ces photos qui m’ont vraiment mise mal à l’aise. Tes explictions ont conforté mon malaise. Il n’y a plus grand chose d’humain dans ces personnages. Ce n’est pas une photographie qui me séduit mais je reconnais que cet artiste à une vraie signature et que sa démarche est intéressante.

  8. Je ne connaissais pas cet artiste, merci beaucoup pour nous l’avoir présenter ici, en tout cas je trouve ça très intéressant de voir comme il se perçoit à travers ses photos puisqu’au final tout le monde a une perception différente de soi-même et des autres personnes !

  9. C’est vrai qu’en y pensant j’ai l’impression d’être en face de personnages de contes, d’êtres de papiers. Des oeuvres aussi dérangeantes que magnifiques, j’aime beaucoup 🙂

  10. Je devrais être commissaire d’exposition moi, ça fait des années que je le connais et qu’il me dérange, donc qu’il est bon… 🙂

  11. C’est vrai que ces portraits sont très déshumanisés, on dirait que l’artiste est à la recherche d’une certaine perfection, d’une beauté qui n’existe pas. C’est poétique et un peu magique, perso j’aime bien !

  12. Maîtriser la technique photographique et la retouche numérique au point de pouvoir exprimer aussi précisément son ressenti ou ses angoisses, c’est fantastique.

  13. C’est vrai qu’il règne un climat assez glacial sur ce blog , bon faut pas non plus demander à Bela Lugosi de jouer le latin lover 🙂

  14. Certes, il est déroutant, anxiogène même, au premier abord, à « l’esthétique aussi lustrée que stérile », comme tu le dis.
    Mais il a trouvé le moyen d’exorciser ses démons à travers son art et en plus, il nous interpelle vraiment. L’image d’une époque…

  15. Je ne connaissais pas du tout cet artiste donc, merci pour la découverte. =) Je trouve son travail très intéressant et sa démarche pleine de sens dans notre société actuelle.

  16. Moi je ne sais pas pourquoi, mais j’ai aimé les portraits, et je n’ai pas été gênée.
    Après c’est peut être une question de personnalité et de points de vue.
    Bisous bisous

  17. Comme me disait mon professeur de peinture un jour où je critiquai une peinture que je trouvai laide; l’art n’est pas fait pour être beau mais pour exprimer quelque chose.
    C’est pourquoi je peins de l’abstrait…
    Les commentaires démontrent que cet artiste ne laisse pas indifférent, c’est ça qui fait sa qualité.

  18. Dommage encore que je sois loin car c’est une expo où j’aurais aimé aller ! Trouver le succès dans des visages sans expressions faut quand même le faire et moi je trouve cela très original ! Toujours une expression derrière un masque ! Cela me fait penser aux statues vivantes au coin d’une rue dans ma ville !!! Rien ne bouge et pourtant une fois j’ai réussi à en faire sourire un en grimaçant devant lui !!! Quelle concentration derrière ses masques et c’est en cela que cet artiste a du talent … Moi j’aime bien ! Une âme derrière tout cela …

  19. tout art est interessant, meme si l’image ne nous plait pas, elle nous interpelle, et cela est aussi enrichissant que le plaisir de voir une autre oeuvre qui a nos yeux et moins dérangeante ou plus belle, est ce que l’art doit être beau ?
    on est attiré par ce que l’on aime, mais également la vision de quelque chose qui nous déplait est tout aussi importante, c’est une angoisse peut etre que nous avons en nous, une representation de nous meme finalement que l’on réfute, alors que le beau on le sublime,
    bon moi j’avoue, que en regardant, j’ai comme un frisson, je trouve glacial le cliché , je trouve la douleur, la solitude comme cette femme donc l’oreille finalement n’est qu’un petit orifice comme aussi un foulard noué, pourtant son profil tres beau semble en paix, peut etre alors pour être en paix ne faut il pas tout écouter ? je sais pas, je refleche, je refleche lol, je pense aussi que cela me renvoi a qq choses de perso, voila, en quoi cela ne me plait po,
    sinon l’enfant, alors la oui , il me fait peur, dans le sens tu sais on dirait un film ou le mome est possédé, mais d’un autre coté, il a les cheveux blanc comme une personne de la quarantaine ou cinquante, bref, et il a une tete un peu de chat,meme le costume il me fait penser au costume du chat botté, et là un éclairage, tiens ses yeux qui nous fixe, son bout de nez avec une tache ronde, comme un nez de clown, c’est peut etre finalement l’enfant qui est en nous, et qui est mort mais toujours vivant en nous, bon je sais ma phrase est po francaise, bon tu me comprend je pense, désolée suis po une experte, ze participe
    bon ba c’est tout quoi !
    allez bisous

  20. Je ne connaissais pas cet artiste, mais moi qui suis très intéressé par les travaux autour des mutations du corps (ceux d’Hans Bellemer par exemple, bien avant l’ère du numérique…), ça ne peut que m’intéresser ! Merci de l’avoir repéré pour nous 🙂

  21. S’il pouvait refaire mon nez, mes dents et mon implantation capillaire qui a tendance à remonter au fil des ans, je ne serais pas contre. Comment qu’on fait pour postuler en tant que modèle ?

    1. Tente ta chance, il m’a dit qu’il choisissait ses modèles « au feeling », peut-être qu’il voudra bien te relooker en « Grand méchant loup » ! 😉

  22. Cet artiste donne l’occasion de faire réfléchir sur notre façon de percevoir le corps humain, notamment au travers des sciences. Comme artiste numérique, j’aime beaucoup Natalie Shau.

  23. Ce n’est a priori pas ce qui me « branche » dans la photo mais ton article me rend ce travail intéressant, à découvrir donc.

  24. Bien au contraire, je les trouve d’une poésie folle, ces portraits… dérangeants peut-être, mais pleins d’histoires. Si un conte devait être photographié, il ressemblerait plus ou moins à ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s