Penser… à quelqu’un

penser-frederic-worms« Toi, tu es amoureux ! ». Qui ne s’est jamais senti embarrassé par cette exclamation intrusive, qui vient soudain l’arracher à l’objet de ses rêveries ? Et pour cause : si penser à quelqu’un peut souvent paraître banal, nous savons tous qu’il ne s’agit pas là d’une pensée comme les autres. Gorgée d’amour, de haine ou de jalousie, mais jamais anodine. Bien que « nous ne choisissons pas toujours ceux à qui nous pensons le plus », aucune autre idée ne donne tant l’impression d’exister et d’être prisonnier à la fois, concentré et déconnecté de la réalité extérieure.
Absorbée, distraite, « ailleurs » : la personne entichée se reconnaît aisément à cette absence délicieuse, flottant dans une contemplation aussi intime que potentiellement destructrice. Un sourire aguicheur, un rire un peu rauque, ou cette façon si particulière de tenir une cigarette. « Penser à quelqu’un, c’est penser à un style » pour Frédéric Worms. « C’est voir le monde entier sous un angle et sous un signe, dans un regard et dans un sens ».  Quand l’imagination suffit à créer l’illusion d’une présence bien réelle, rien de tel qu’un « tu me manques » pour conjurer la distance au-delà des mots. Une alchimie aussi paradoxale que cette curieuse plénitude atteinte en l’absence de l’autre : celle d’un « entre nous exclusif ».

Publicités

53 réflexions sur « Penser… à quelqu’un »

  1. Article qui me parle beaucoup….Y penser comme pour conjurer une absence qui se veut parfois difficile…On pense qu’on oublie, et plus on cherche à oublier, plus la pensée nous rattrape…

    Accepter l’absence, assumer qu’on puisse penser à quelqu’un…

    Et se dire, que la roue tourne finalement….Tôt ou tard

  2. La rêverie c’est ce qui nous dirige, car au final, n’est-on pas ce qu’on pense ?
    Au final,le « style » qu’on crée, on le transpose !

  3. Tu as tout dis, c’est exactement ça. Se sentir déconnectée du monde extérieur pour ne faire plus qu’un avec le rêve!
    Bisou Polina

  4. Très beau texte, Polina, bien vu ! C’est marrant comme penser à quelqu’un comme tu l’évoques est finalement et paradoxalement si peu cérébral. C’est le coeur qui active cette transe vers l’être aimé, non ? Un être vous manque et tout est repeuplé… de lui !

  5. Ton texte reflète totalement ma pensée. Peu importe le sentiment (amour, haine…) que l’on ressent lorsque l’on pense à quelqu’un, cela veut dire que ce quelqu’un a ou a eu un impact dans notre vie.
    Je te souhaite une très bonne fin de weekend 🙂

  6. « Toi, tu es amoureux ! »: je déteste ce besoin qu’ont les gens de mettre des mots bien précis sur les sentiments, non mais c’est vrai, le propre de la rêverie est de s’affranchir des cases et là bam, un intrus à gros sabots te chope par le collet pour te ramener sur terre. Moi je dis que ça mérite une bonne mandale, c’est tout. Laissez-nous donc penser en paix. Sinon, oui, je suis relou.

  7. Bah tiens, je pensais à toi en lisant tes conseils concernant le déodorant Yves Rocher. Et hop, voilà que maintenant, tu vas penser à moi et à mes aisselles en tirant sur ta clope :))))
    Bises

  8. penser à quelqu’un…. une des rares choses qu’on peut encore faire sans avoir peur d’être jugé, car personne ne peut entrer dans notre tête, et ça, c’est trop bon!
    flo
    jaivoulutester.over-blog.com

  9. « il ne s’agit pas là d’une pensée comme les autres. Gorgée d’amour, de haine ou de jalousie, mais jamais anodine » – Vous êtes une passionnée ? Nous ne n’aurions pas tout de suite associé une pensée à la haine et à la jalousie…

  10. Penser à quelqu’un c’est savoir que l’on n’est pas seul. Il est très important de se sentir aimé et d’aimer tout simplement! Nous existons dans la pensée de l’autre.
    Bel article Polina! Amoureuse?

  11. « Cinq jours sans rien poster, c’est toi qui a failli nous manquer Polina ! » dit-il de sa voix rauque en tirant nonchalamment sur sa cigarette ! 😉

  12. Très intéressant ce « Penser à quelqu’un »… Cette absorption de nous par ce quelqu’un qui n’est pas là. Merci de venir nourrir nos pensées 😉

  13. Ah, le sentiment amoureux qu’ y a-t-il de plus exaltant ? C’est le plaisir de se sentir plus présent à soi en s’emplissant de l’absence de l’autre. Merci pour cet article. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s