Yann Arthus-Bertrand : “La politique manque d’amour”

  • En septembre, vous avez été invité à exposer sur le siège des Nations Unies à New York pour sensibiliser à la lutte contre le changement climatique. Quand les États se sont engagés à limiter la hausse de la température mondiale à deux degrés d’ici 2015, comment, selon vous, inciter les dirigeants à “décarboner” leurs économies ?

S’il est toujours aussi difficile de faire rimer “décarbonisation” avec “croissance”, il me semble cependant que la prise de conscience environnementale a atteint cette année un degré supérieur. En termes d’action, des réponses concrètes existent d’ores et déjà pour lutter contre le réchauffement climatique, que la Fondation GoodPlanet a rassemblé au sein de son dernier livre 60 solutions, distribué en version papier à toutes les délégations de l’ONU lors du Sommet sur le Climat à New-York. Côté citoyen, une grande marche a été organisée pour appeler à la mobilisation dans plusieurs villes du monde : j’y ai moi-même participé à New-York aux côtés d’Al Gore, Ban Ki-Moon et Bill De Blasio, dans une ambiance profondément émouvante et engagée. Car depuis le début de mon combat, c’est la première fois que je remarque un tel élan international face à l’urgence climatique.

  • Vous avez proposé 60 solutions au changement climatique dans votre dernier ouvrage : pourriez-vous en citer quelques unes ?

Sachant que l’élevage émet aujourd’hui entre 20 et 30% de gaz à effet de serre (soit nettement plus que les transports), l’une des solutions les plus évidentes consiste simplement à consommer moins de viande. Loin des grands discours théoriques, le livre 60 solutions propose des réponses concrètes et réalisables pour lutter contre le changement climatique à toutes les échelles, individuelle et collective. Si le monde politique manque d’amour, il nous faut aujourd’hui une écologie beaucoup plus humaniste et ouverte sur le monde, d’autant plus en ces temps de crise financière, écologique et morale.

  • Alors que la France s’est toujours montrée hostile à l’exploitation du gaz de schiste, Nicolas Sarkozy à relancé le débat en se prononçant en sa faveur. Quel est votre ressenti par rapport à ses déclarations ? Pensez-vous que l’on peut se passer du nucléaire comme du gaz de schiste ? 

Sans être foncièrement “anti-gaz de schiste”, je ne serais pas en faveur de son exploitation, tout simplement parce qu’il n’existe à ce jour aucune façon “propre” de le faire. L’urgence porte avant tout sur la réduction de notre propre facture énergétique avec les moyens existants.

  • À quelques mois de la conférence mondiale sur le climat qui doit se tenir à Paris, la France fait le pari de l’écologie positive avec son projet de loi de transition énergétique. Pensez-vous que la croissance verte est un levier de sortie de crise efficace ?

Essayons ! Car il est beaucoup trop tard pour être pessimiste. Aujourd’hui, le monde entier avance vers un suicide collectif en connaissance de cause, sans que la prise de conscience du problème climatique n’ait véritablement changé nos habitudes de vie. Si certaines initiatives peuvent encore porter espoir, je n’y crois qu’à moitié au vu de l’ampleur du problème. Le vrai déclic viendra quand l’Homme ne considérera plus l’écologie comme un “effort”, mais comme quelque chose de naturel.

  • Entre photographies, longs-métrages, l’association Good Planet et l’Agence Altitude, vous avez toujours souhaité que l’Homme change de regard sur le monde. Quand les États peinent à prendre des décisions environnementales pour des raisons d’intérêt, comment de “simples citoyens” peuvent-ils agir – vraiment – pour éveiller les consciences ?

L’écologie ne se résume pas à trier ses déchets et “manger bio” ! Dans une société où la consommation fait grimper le PIB en détruisant les ressources naturelles, la planète ne pourra plus supporter très longtemps notre rythme de vie actuel. Le véritable changement viendra non pas des hommes politiques, mais d’une profonde révolution spirituelle, morale et éthique des citoyens que nous sommes tous.

Copyright de la photo : © Erwan Sourget Yann Arthus-Bertrand.

Publicités

40 réflexions sur « Yann Arthus-Bertrand : “La politique manque d’amour” »

  1. Tu pourras dire à ton ami Yann que son livre « Paris vu du ciel » est bien exposé dans l’agence HSBC de St-Cloud :), y’a du bon goût dans l’air !

    PS : je trie mes poubelles.

  2. Re-coucou Popo. Après notre conversation d’hier soir il est évident que je suis venue lire cette interview et je ne regrette pas. J’aime beaucoup la vision de cet homme.
    J’aurais beaucoup aimé qu’il développe sa dernière phrase => « Le véritable changement viendra non pas des hommes politiques, mais d’une profonde révolution spirituelle, morale et éthique des citoyens que nous sommes tous. »

    A creuser par moi-même sur google ou tout simplement en visionnant ses oeuvres … 🙂

  3. Intéressante cette interview. La préservation de notre planète est effectivement un sujet sur lequel nous devons nous pencher sérieusement.

  4. J’aime beaucoup cet homme ces photos ces reportages.
    Une très belle interview, et on se sent concerné car l’écologie nous concerne tous. Trop peu de gens y pensent ils s’en fichent. Mais je trouve cela très égoïste de leur part. Demain tu invites une potion d’immortalité tu verrais comme les gens se sentirait de suite concerné par les problèmes de la planète.
    Bisous

  5. Quelle interview géniale
    Moi qui me sens concernée de plus en plus par ce genre de thème, l’écologie, l’environnement, et la préservation de ma planète, mon pays, pour les générations futures surtout, car je crois que je ne serais plus là lorsque les dégâts éclateront vraiment ….
    Mais je trouve que c’est important d’en parler
    Trop peu ignorent que les dégâts peuvent être horribles
    Et fatals surtout
    Ils se disent : c’est pas grave dans 30 ans j’serais mort
    Oui mais pas forcément tes petits enfants … Ni tes enfants
    DOMMAGE ;(
    Bon, je sais, à mon échelle je fais des petites choses, consommer de plus en plus local, bio, éviter de plus en plus la viande, éviter d’acheter tout ce qui est emballé dans des plastiques, ne plus acheter d’eau en bouteille … Mais bon après, je me dis les petits pas pour l’Homme peuvent être un grand pas pour l’Humanité alors 😦
    http://www.mademoisellevi.com

  6. waou!!!! tu l’as interviewé!!!! la classe !!!! pour le blog????
    tu l’as rencontré????
    bon weekend!
    moi ca me glace le sang de penser au réchauffement climatique, à la pollution….

  7. C’est vrai que plus les années passent et plus je me sens personnellement impliqué pour essayer de préserver notre Terre 🙂
    Merci pour ce rappel Polina !
    Bisous

  8. il faudrait que je me procure son dernier livre ! Je travaille à être meilleure pour la planète et en y travaillant, j’espère que j’en persuade d’autres….J’ai vu Home et cela m’a profondément perturbée, je n’ai plus été pareille ensuite….

  9. La politique manque d’amour et lêtre humain est en manque d’idéal… Il serait en fin profondément souhaitable que le changement climatique fasse éclore un bouleversement profond des moeurs.
    Je te souhaite un excellent weekend Polina!
    Et encore merci pour tes articles!
    XO
    Jeanne
    http://fashionmusingsdiary.com

  10. Il est vrai que cet homme est assez contradictoire dans son comportement. On ne peut pas lui faire confiance à 100 % puisqu’il est lui-même pas très écolo.
    J’aime malgré tout ses photos mais peut-être moins ses discours!

  11. Qu’ajouter après ça? Pas grand-chose. Soudainement, même mes Bisounours n’ont rien à répondre. Même pas sûr que leur fourrure soit bio, en plus.

  12. Sympa de lire une interview chez toi, sur un sujet qui de surcroît me tient beaucoup à coeur. L’humanité a encore beaucoup de boulot devant elle dans ce domaine…

  13. De belles pistes pour une réflexion nécessaire… On manque toujours d’amour et de respect… qui sont pourtant deux des clefs indispensables sur le trousseau de l’humanité.

  14. Jolie interview, bien vu Pauline… Considérer le geste écologique comme naturel et non comme « chiant », tout l’enjeu est là effectivement. Comme dans beaucoup d’arts (je pense perso aux arts martiaux), il faut tellement d’éducatifs et d’auto-discipline pour arriver à trouver ce « naturel ». Nous sommes encore des australopithèques à dégrossir 😉 Bravo, chère consoeur de plume pour cette contribution très pro…

  15. Moi il me fait sourire ce monsieur. Je me demande s’il utilise des avions électriques pour faire ses photos du ciel ?
    Et puis lorsque l’on apprend qu’il a soutenu le projet de la Coupe du Monde au Quatar, projet 100% écologique, déplacement en avion pour tout le monde, climatisation en plein désert… on s’interroge.
    « Faites ce que je vous dis mais non pas ce que je fais. » (Evangile selon Saint-Matthieu)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s