Magique, le numérique

le flux numérique_histoires de voir_emmanuelle«Ma poche couine, ma main sonne, la table vibre, mon oreille résonne.» Si l’Homme 2.0 ne frotte plus de silex pour faire jaillir les flammes, il n’en reste pas moins un cyber primitif happé par le mirage de l’innovation numérique. «D’un clic, d’un seul, (l’internaute) peut exprimer ses désirs, satisfaire ses espoirs aussi bien que ses pulsions, sans que personne ne s’y oppose, sans effort et avec effet immédiat.» Le tout par la seule volonté de son doigt divin. C’est le constat que dresse Hervé Fischer dans son dernier essai La pensée magique du Net, via l’analyse d’une technologie prodigieuse dont les vertus rejoignent souvent les effets psychotropes, y compris chez l’utilisateur le plus averti.

« Nous aimons toujours autant la magie, nous les modernes, que les premiers hommes.»

pensee-magique-net«Nous croyons au numérique comme à une nouvelle promesse, comme à un mythe salvateur.» Au point de vouloir porter son organe cellulaire en permanence, avec un besoin quasi-vital : hyperconnecté et en quête d’une existence supérieure, comme si la réalité ne suffisait plus à elle-même. À tort, d’après l’auteur, «car notre dépendance au superorganisme gonfle avec l’inflation de la communication que nous observons aujourd’hui.» Le doigt fébrile, pendu au fil d’actualité et à l’affût de la moindre notification, faut-il débrancher pour savoir raison garder ? Pas si sûr. Aux oeillères, Hervé Fischer préfère de loin exercer nos «capacités de fascination critique»: histoire de faire durer le plaisir virtuel sans se laisser duper. Aussi incontournable qu’aliénant, «le numérique est plus puissant que le feu. Plus humain». Raison de plus pour conserver sa capacité «à jouir de la réalité dont nous avons le privilège ici-bas.» Car le propre d’un mythe est d’enchanter l’existence, non pas de la vampiriser.

Advertisements

47 réflexions au sujet de « Magique, le numérique »

  1. J’ai été beaucoup plus accro que je ne le suis. Si j’oublie mon téléphone, je ne fais plus demi-tour et je peux rester deux ou trois sans ouvrir ma boîte mail (perso) … et je survis très bien ! Je crois que c’est un des avantages de vieillir (il faut bien que ça n’ait pas que des inconvénients !)

  2. C’est vrai que nous sommes devenus dépendants du numériques. Et force d’y être contraints par autrui. Que ce soit pour s’inscrire dans une école, envoyer du courrier ou autre… Mais je pourrais à l’aise me passer de mon téléphone quelques heures ou jours. au plaisir de le retrouver par la suite!

  3. Ce week-end, j’ai cassé la vitre de mon iphone, et la 1ere réaction que j’ai eu , c’est une bouffée d’angoisse .. et puis qques minutes plus tard, je me suis dis , t’es complétement marteau , relaxes toi … ça m’a fait du bien de penser que je pouvais ne pas être totalement addict !

  4. Bienvenue sur Facebook et surtout bravo pour ta nouvelle interface ! C’est lumineux, épuré, bref parfait !
    Sinon, pour ce qui est du numérique, c’est d’une cure de désintoxication dont j’ai besoin à mon stade ^_^

  5. Je ne suis pas du tout accro au numérique ! Mon portable est toujours en silencieux et même si je le regarde de temps à autres, ce n’est vraiment pas souvent. D’ailleurs, il ne me sert qu’à téléphoner (comment ?!) et envoyer des textos, pour les applications et Internet, j’ai tout viré ! (Pour dire, j’ai un forfait bloqué comme les ados !).
    Je ne nie pas que le numérique est un outil formidable mais quand je vois des gens ensemble à une terrasse de café qui ne prennent même pas le temps de se regarder pour discuter parce qu’ils ont le nez sur leurs tablettes ou téléphones, je trouve cela vraiment dommage.
    Bon après il faut être lucide, si je tiens un blog c’est que le numérique fait tout de même partie de ma vie mais lorsque je pars en vacances, il est hors de question pour moi de me connecter à ce dernier, disons que j’en fais une utilisation modérée !
    Bises et je te souhaite un bon début de semaine 🙂

  6. Je réalise parfois à quel point la dépendance est présente et je laisse le cellulaire exprès de coté. J’évite aussi de consulter les réseaux sociaux en journée; j’y passe d’ailleurs de + en + en coups de vent (faute de temps mais aussi pour limiter un flux d’informations trop agressif et offrir à mon esprit plus de sérénité)
    et pourtant je me rends compte de mon ‘hyper’ connectivité : shopping smartphone à la main pour prendre la photo du produit à mémoriser, pour chatter, pour tél et dire ‘je te ramène quoi ?’… gardons un esprit critique…

  7. Ne nous toilons pas la face. Si nous sommes réunis ici, c’est que nous avons un peu tous ce petit travers, non ? Pour conclure, je qualifierai cette manoeuvre de traquenard ou de prise en flagrant délit.
    😛

  8. ultra connecté, je le deviens de plus en plus, même si je ne maîtrise pas tout, j’ai ouvert un compte facebook il n’y pas très longtemps également. C’est une activité extrêmement chronophage, alors qu’il y a quelques temps je réservait l’ordi uniquemen au boulot, y étant déjà toute la journée. Mers cernes grandissent, grandissent….
    flo
    jaivoulutester.over-blog.com

  9. Le net c’est géant mais arriver à ce qu’il ne grignote pas notre quotidien c’est pas si facile que ça !

    surtout pour les p’tits jeunes …
    Je suis une accroc depuis son arrivée au début des années 90 ( on payait à l’heure à l’époque ) et toujours enchantée par sa magie, mais un ordi chez moi me suffit largement, je garde le contrôle !
    Bonne soirée Polina 🙂

  10. Mon téléphone (de base) n’est même pas connecté à internet. Alors, toute la journée je souffre en attendant de rentrer à la maison. 😎
    Sinon, je le mets en mode vibreur dans la poche de mon pantalon. Ca fait toujours plaisir quand on m’appelle. 😯

  11. La technophilie compulsive réactualise la fameuse ( & en rien fumeuse ) notion de « servitude volontaire » sur fond de postmodernité numérique & globalisée 🙂 Le « cyber champ des possibles » suscité semblant infini, à soi d’en faire un usage éclairé, critique & tempéré 🙂 .
    a presto, Antoine

  12. Un peu le mal du siècle ou de ces dernières années !!
    En être conscient c’est déjà une avancée il suffit de vouloir garder un peu de sa liberté pour ne pas tomber complètement dans le piège
    bises

  13. Mais dis donc, est-ce-qu’on n’aurait pas changé de décor, par ici? Et que tout le monde agit comme si de rien n’était? Soit ça, soit je suis tombée dans une dimension parallèle, soit ma fascination critique a fait griller mes derniers neurones. Chuis toute perdue. Heureusement que l’article est aussi grandiose que d’habitude, sans quoi je porterais plainte 😀

  14. Voilà un article qui me parle, il a tout à fait raison ce monsieur ! Et pour aller plus loin je te conseille le site ouvaleweb, j’aime beaucoup justement, il « critique » certains travers du web, et, comme son nom l’indique. Il aborde des notions parfois un peu technique (juste un peu) mais avec beaucoup d’humour une pointe d’ironie et une belle écriture en hésitant pas a mettre les pieds dans le plat. Bref merci pour cet article et bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s