Du plaisir de tricher

 

Parfois, les meilleures leçons que l’on apprend à l’école ne sont pas forcément les plus attendues.« Vous avez parfaitement le droit de tricher, mais surtout pas de vous faire prendre. » C’est ce qu’adorait répéter l’un de mes profs de maths la veille d’un contrôle, nous incitant à cueillir le fruit défendu comme pour mieux nous taper sur les doigts. Aucun doute que certains élèves en ont fait une ligne de conduite, et pas seulement en période d’exams. Frauder pour gagner sans efforts : voilà un principe de vie dérangeant et dont la facilité nous attire pourtant tous. Sans aucune exception. Face à la caisse du supermarché, la feuille d’impôts ou dans le cadre d’un régime, qui ne s’est jamais laissé tenter par une petite tromperie innocente ? Surtout si l’écart en question ne fait de mal à personne, mais dont l’effet euphorisant n’est plus à démontrer. Allez savoir pourquoi l’interdit a tant de saveur, comme s’il récompensait notre égo d’« avoir osé » le braver. Pas vu, pas pris : c’est si bon de gruger ! À condition, bien sûr, de ne pas trop s’en vouloir derrière… Quel intérêt de jouer si c’est pour gâcher tout le plaisir ? Pourtant, bien souvent la culpabilité rattrape le tricheur, le renvoyant à ses crasses comme par magie du karma. Oeil pour œil, dent pour dent. C’est bien là tout le problème : quand la fraude peut coûter très cher, une seule note salée suffit à nous en vacciner pour de bon. Jusqu’à la fois prochaine. Car on a beau se fixer une limite morale à ne jamais franchir, rien de tel qu’une bonne triche contagieuse pour se remettre sur le droit chemin. Faute avouée à moitié pardonnée : voilà qui rend la conscience un peu plus légère. « Méfaits accomplis. »

Publicités

38 réflexions sur « Du plaisir de tricher »

  1. En fait, ce que je trouve intéressant, ce qu’il y a (pour moi) deux différentes manières de tricher et des réactions différentes…
    Parfois on triche et on se sent malin, le fait d’avoir triché nous prouve qu’on est un peu plus fort que les autres, qu’on sait agir d’une manière qui nous met dans une position avantageuse et donc de facto dans une position de pouvoir..on resent de la réjouissance!
    Et il y a la triche qui résulte d’un manque de confiance en soi, de paresse, d’angoisses….et qui nous laisse le gout amer de quelqu’un qui sait qu’il se trouve dans une situation qu’il ne mérite pas et ne peut pas donc pas en profiter vraiment…

    ah lala jadore tes articles, chaque fois je passe 30 min après à regarder par la fenêtre et à reflechir! c’est pas comme ca que je finirai un jour ma thèse hahaha

    xxx
    http://www.once-in-paris.com

  2. Et c’est grave de ne pas savoir tricher? Non parce que moi je n’ai jamais eu le cran nécessaire… je n’ai même pas le souvenir d’avoir triché en cours, une véritable oie blanche, c’est une catastrophe.

  3. Ton billet revêt une pertinence toute particulière au vu de l’actualité du moment. Les responsables de VW devraient le lire 😉

  4. Dingue de ton article, et je te remercie d’avoir mis en tout derniers mots : « méfaits accomplis » qui est une référence à Harry Potter (du moins si c’est pas fais exprès voilà) ahah
    Bisou Polina!

  5. Coucou Polina, ton article est vraiment bien rédigé comme à ton habitude. Je ne sais pas tricher dans la vie, je l’ai bien fait plus jeune pour certains rares contrôles mais au final, je culpabilise immédiatement donc je préfère de loin ne pas céder à cette tentation pour laquelle je n’en retire aucun plaisir.
    Pour tes commentaires, je les ai bien reçu et je t’en remercie, je n’avais juste pas encore pris le temps de les publier (en ce moment, c’est pratiquement métro, boulot, dodo chez moi !) .
    J’espère que tu vas bien ? Bisous et bonne semaine 🙂

  6. Je connais ce proverbe aussi… =D
    Je ne me souviens pas avoir triché en cours; au pire, ai-je du échanger deux trois mots avec ma voisine, mais en classe primaire!
    Quand j’étais responsable de vente, et que je m’occupais du recrutement, il m’est par contre arrivé de tomber sur des candidats qui avaient un peu enjolivé leur CV.
    Je te souhaite une bonne journée.
    A bientôt Polina!

  7. Moi j’avais pris l’habitude de ne pas prendre de billets dans les trajets en train où j’étais debout.. Payer pour ne pas avoir de place, non merci. Mais maintenant qu’ils ont dézoné toute l’île de France, problème résolu !

  8. Ne m’en parle pas! Les cas de triche /fraude se multiplient au bac. On voit toutes les formes de triche: pompe cachée dans le paquet de céréales… Bonnes journées du patrimoine???

  9. J’ai longtemps aimé tricher plus jeune, pas que j’en avais besoin mais ce petit gout d’interdit me plaisait bien. Désormais, je préfère la jouer en tête à tête avec moi même et voir où j’en suis vraiment. Un besoin d’honnêteté surement…

  10. J’ai rarement tiché à l’école … ça devait de toute façon se lire sur mon visage ! Adulte, je ne triche pratiquement pas, sans doute victime de ma bonne éducation, je pars du principe que tout se paye alors je préfère dormir tranquille.

  11. Ça me rappelle l’éducation des enfants à Sparte. Ils pouvaient tricher, voler, mentir tant qu’ils ne se faisaient pas prendre. Un enfant, ayant volé un renard (pourquoi un renard ? ça l’histoire ne le dit pas…), le cacha sous son manteau. Même quand le renard lui lacère le ventre, il reste impassible… jusqu’à ce qu’il en meure.

    En voilà un tricheur héroïque !

  12. Ah si, j’ai triché une fois mais c’était bien préparé. Nous avions 2 sujets à apprendre, j’en ai appris 1 seul à fond, mon complice l’autre. Le prof a distribué les sujets en alternance (une table sur deux) pour éviter les copieurs et faciliter les contrôles. Quand il a eu le dos tourné, nous avons changé de place avec mon complice pour bénéficier du sujet que nous avions chacun révisé. Nous nous étions montrés plus malin que le prof. 🙂

  13. J’ai rarement réussi à tricher à l’école. En réalité, le fait de rédiger ma carotte (ou aide-mémoire) me suffisait pour retenir les lignes essentielles, même plus besoin de prendre le risque de l’utiliser.
    Je suis plus partisan du gros effort de base qui fait gagner du temps par la suite : déblayer le terrain au départ pour jouer sur du velours ensuite.

  14. J’adore ! Je me souviens avoir triché à un contrôle d’anglais quand j’étais en 6e pour avoir un 20/20.
    Qu’est-ce que je m’étais sentie coupable ! hahaha ma belle note n’avait plus la même saveur après ^^
    Bises, Eli

  15. Il y a quelques années, un ami à moi et son épouse avaient décidé de se mettre au régime. L’idée était de s’encourager l’un l’autre. Un soir, n’y tenant plus, mon ami est sorti pour aller s’empiffrer chez Dunkin’s Donut de beignets trempés dans le sucre en poudre. À son retour, sa femme lui demande où il était allé. « Oh, je suis allé prendre une marche » a-t-il répondu, ce à quoi sa femme a répliqué sans autre commentaire: « Ah, au fait, tu as plein de poudre blanche sur ta chemise ».

  16. Moi non plus, je n’aime pas les tricheurs et pourtant je les comprends! Le plaisir est de lutter contre l’interdit sous toutes formes.
    Rester vrai est malgré tout le meilleur moyen d’être en paix avec soi-même!

  17. C’est une devise que j’ai entendu maintes fois lorsque j’étais élève mais que je ne prône pas pour autant aujourd’hui que je suis professeure… C’est qu’on peut effacer l’ardoise mais certaines fautes restent indélébiles moralement…
    Bises Polina!
    ♥♥♥
    Jeanne
    http://fashionmusingsdiary.com

  18. je ne supporte pas les tricheurs au jeu comme dans la vie, comment peut-on être faux pour faire croire que l’on sait

  19. Oups, tricher c’est pas pour moi mais c’est vrai, il y a tellement de gens qui le font et, dans tous les domaines, c’est bien dommage… Bise et bon vendredi tout doux!

  20. Un professeur très austère chez qui jeunes étudiant-es faisions un stage avant de nous lancer dans la vie professionnelle avec plein de responsabilités – nous a donné trois conseils -… je dévoilerai le 3 ème qui m’avait beaucoup étonné venant de lui, – dans mon testament !

    Enfin, en voici 1 : – quand vous avez fait quelque chose de bien, faites-le savoir
    2 – gardez toujours des preuves

    Cela m’est arrivé de mettre le 3ème en pratique … les deux autres vont de soi, n’est-ce pas !

    amicalement – France

  21. Bonjour Polina,
    A ta question: « Allez savoir pourquoi l’interdit a tant de saveur, comme s’il récompensait notre égo d’« avoir osé » le braver », je dirais que c’est finalement dans notre envie profonde de dépasser les limites, la plus grande étant pour nous la mort (et beaucoup d’autres choses que la société interdit sinon le monde ressemblerait à un baisodrome incestueux!…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s