Elisabeth Louise Vigée Le Brun, invitée d’honneur du Grand Palais

«Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n’en sera.» Louis Vigée était probablement loin de se douter de la valeur quasi-prophétique de ses mots lorsqu’il les prononça à sa fille. Aussi douée que belle, Elisabeth Louise Vigée Le Brun reste pourtant encore peu connue du grand public, malgré l’immensité de son œuvre et une carrière d’exception. Sans doute est-ce pour cette raison qu’aucun pays (à l’exception des Etats-Unis) ne s’était risqué à lui consacrer de rétrospective jusqu’à présent. Au Grand Palais de corriger le tir en réunissant près de 150 tableaux pour la première fois en France; un défi risqué quand on sait que ce genre d’exposition n’attire pas les foules.

VIGEE-LE-BRUN-GRAND-PALAIS«Je n’ai eu de Bonheur qu’en peinture». À tel point qu’Elisabeth Louise Vigée Lebrun a su s’imposer avec grâce dans un milieu essentiellement masculin, pour devenir ensuite la portraitiste préférée de la reine Marie-Antoinette en personne. Sous son pinceau, c’est toute la société de l’Ancien régime qui revit: avec le raffinement et l’élégance bien propres à la cour de l’époque. Si l’on dit souvent qu’il n’y a rien de plus dur à peindre qu’un visage, c’est bien dans l’art du portrait que cette artiste a su exceller. Sous la lumière tamisée du Grand Palais, les regards défilent, sans avoir rien perdu de leur étincelle d’origine. Des poses légères, presque aériennes, les yeux emprunts d’émotion, perdus ou parfois même provocants. Une charge érotique peu commune qui valut à Madame Vigée Le Brun de nombreux éloges sur sa technique, la distinguant de sa rivale principale, Adelaïde Labille-Guiard, dont le pinceau moins flatteur n’en restait pas moins très juste dans la ressemblance. Elle s’inscrivit alors parfaitement dans la tradition courtisane, qui se veut embellir presque imperceptiblement certains modèles. Au sommet de son succès, la portraitiste se permit alors quelques libertés : sa représentation de Marie-Antoinette en robe de chambre, notamment, suscita l’indignation et la surprise générale, sans qu’elle perde pour autant sa prestigieuse clientèle. Bien au contraire : toute la cour d’Europe était sur le point de s’arracher son pinceau flatteur.

Contrainte à l’exil au moment de la Révolution, Vigée Le Brun commença un voyage qui dura un peu plus de douze années, usant de son renom et de son charme pour conquérir tout à tour Naples, l’Autriche et même la cour impériale de Catherine II en Russie. Elle y retrouva alors le train de vie qu’elle menait à Paris en 1789.

«Tous les soirs j’allais dans le monde. Non seulement les bals, les concerts, les spectacles, étaient fréquents, mais je me plaisais dans ces réunions journalières, où je retrouvais toute l’urbanité, toute la grâce d’un cercle français  : car, pour me servir de l’expression de la princesse Dolgorouki, il semble que le bon goût ait sauté à pieds joints de Paris à Pétersbourg.»

Rentrée définitivement en France en 1805, Elisabeth Vigée Le Brun n’en finit pas de voyager pour autant, continuant d’explorer d’autres régions comme de nouveaux genres artistiques  : notamment le paysage en plein air ou les pastels, si caractéristiques de son style. Plus qu’un hommage, la rétrospective du Grand Palais rend justice à celle pour qui «peindre et vivre n’a jamais été qu’un seul et même mot». Accompagné ou non, vous ne serez jamais seul parmi tous ces regards posés sur vous  : comme en bonne compagnie à la cour du roi.

Advertisements

21 réflexions au sujet de « Elisabeth Louise Vigée Le Brun, invitée d’honneur du Grand Palais »

  1. Cette exposition doit être très belle et les mots que tu choisis pour nous la présenter sont tellement beaux qu’ils éveillent encore plus ma curiosité 🙂

  2. Avec un article aussi joliment rédigé, tu pourrais me vendre une expo sur les monster trucks, j’achèterais mon billet illico. Alors Elisabeth, hein… pas question de rater la grande dame.

  3. une expo sur ma to do liste, quand je suis allée voir picasomania la queue pour vigée lebrun m’a par contre traumatisée d’avance. Va falloir y aller quand même: les femmes extraordinaires, ca ne se loupe pas!

    bisous bisous! ps: rien avoir, mais si par hasard (ou pas ^^) tu passes le 7 pour le lancement de VEPSI, fais moi un coucou ca me ferait énormément plaisir de te rencontrer « en vrai »!

    xxx
    http://www.once-in-paris.com

  4. J’avoue que l’artiste m’était inconnue et que je ne me serais pas forcément déplacée. Mais solidarité féminine oblige, je vais aller faire un tour à cette expo. Merci Polina pour ce partage 🙂

  5. J’ai lu un article à son sujet dans ELLE, et cette femme a eu un destin hors norme me semble-t-il pour son époque ! Encore une expo parisienne que je ne parcourrai pas … dommage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s