La course au piège

livre-nicolas-gueguen_histoires-de-voir_emmanuelle

Pourquoi acheter des produits en promotion nous donne-t-il l’impression d’être plus intelligent ? Dans quelle mesure la lumière d’un magasin influence-t-elle notre comportement ? Comment un simple geste du serveur pousse-t-il à lui donner un plus gros pourboire ? Autant de questions moins anodines qu’il n’y paraît à en croire le dernier ouvrage de Nicolas Guéguen, qui passe au crible les stratégies marketing mises en oeuvre pour orienter nos actes d’achat. Il y explique notamment la magie des prix en « 9 », qu’écouter de la musique forte pousse à boire plus, ou encore la raison pour laquelle certaines odeurs nous rappellent notre enfance. 

psychologie-consommateurDe la couleur d’une bouteille de soda aux publicités qui inondent les boites-aux lettres, ce petit guide de survie ravira tous ceux qui n’en peuvent plus d’errer dans les rayons du supermarché comme des âmes en peine, dépassés par la quantité de promos superflues et du gaspillage qui s’en suit. A méditer pour garnir son cerveau en même temps que son cadis.

Advertisements

12 réflexions au sujet de « La course au piège »

  1. Je me faisais justement cette réflexion hier en découvrant qu’il y avait des soldes « intermédiaires » lors d’une virée au centre commercial ! Le marketing est décidément un art dédié à nous pousser à la consommation ! Merci pour la découverte de cet ouvrage que je vais lire avec grand plaisir. Bisous 🙂

  2. Hello,
    comment vas tu ? Je connais bien ces stratégies maketing. Pendant 3 ans j’ai été visuel merchandiser dans le Pap et accessoires de mode. Mon but était de faire de belles vitrines et de jolies corner pour vendre plus. De la musique à l’ambiance olfactive, en passant par le positionnent des produits à la couleurs des murs, rien n’est anodin dans un magasin, soyez en sûre!
    Bisous et bonne soirée,
    Mimi

  3. Un article bien vu et un ouvrage qui fait envie (tiens, tiens ;-)) C’est pour cela que je ne mets presque plus jamais les pieds dans un supermarché ou une grande enseigne de fast fashion… Je vais au marché, j’achète mes vêtements et ceux de mes enfants d’occasion chez Emmaüs, dans des dépots-vente. Ainsi ai-je l’impression d’avoir une action, à mon échelle, sur ce grand gaspillage…

  4. Le pire c’est que parfois, on a beau être pleinement conscient de se faire manipuler, on peine à résister… Peut-être que cet ouvrage peut nous aider, ne serait-ce qu’à moins culpabiliser ! Bonne semaine à tous 🙂

  5. Bonjour Polina. J’ajouterai qu’un article de blog comme celui-ci peut également pousser le lecteur à mettre un livre qu’il n’avait pas prévu d’acheter, dans son caddie. 😉

  6. Je sors du supermarché avec une côte de boeuf (de taille respectable, je précise) à 16 euros au lieu de 22. En bon Normand que je suis, c’est le sticker -30% qui a attiré mon attention. Le seul achat impulsif que je me suis autorisé. ^^

  7. oh oh ça je veux bien le croire, je me le dis tous les jours! Entre les promos qui sont juste finalement la promotion du produit et donc pas de réduction, ou encore le format familial, de céréales par exemple, plus cher que le normal, bref, le marketing a une belle vie devant lui !
    flo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s