Balenciaga, l’oeuvre au noir

Rien de tel que de choisir la couleur fétiche du « couturier des couturiers » pour lui rendre hommage : le Palais Galliera donne ainsi le coup d’envoi de sa saison espagnole à travers une exposition hors les murs au Musée Bourdelle. Toute de noir vêtue. Une sobriété monochrome qui tranche nettement avec les mises en scènes détonnantes que l’on a pu voir précédemment au Grand Palais pour Louis Vuitton ou Jean-Paul Gaultier. Comme pour se concentrer sur l’essentiel et laisser la matière livrer le meilleur d’elle-même.

En guise d’introduction à l’exposition, plusieurs tenues communient avec les statues d’Antoine Bourdelle, donnant ainsi un tout autre ton à sa propre oeuvre. Noir sur blanc : l’atelier devient alors l’écrin idéal d’un dialogue aussi hypnotique que contrasté entre le sculpteur et le couturier. Le coeur du parcours se décline quant à lui en trois temps : « silhouettes & volumes », « noirs & lumières », « noir & couleurs ». Car loin de l’image de « non couleur », le noir exprime chez Balenciaga toute la richesse de ses nuances, tantôt opaques ou transparentes, mates, brillantes voire vaporeuses… Pour devenir une matière vibrante et vivante.

« Ici, le noir est si noir qu’il vous frappe comme une gifle. C’est un noir épais, espagnol, presque velouté, c’est une nuit sans étoiles, tout autre noir paraît presque gris. »

Le magazine Harper’s Bazaar, en 1938, à propos du premier défilé de Cristóbal Balenciaga à Paris.

Minimalistes et épurés, les noirs de Balenciaga n’ont rien d’austère. Bien au contraire. Car si le créateur aimait tant travailler cette couleur, c’est parce qu’elle lui permettait d’expérimenter une multitude de tissus et de matières, le tout avec des résultats étonnants. En témoignent les nombreuses pièces exposées, où la dentelle, bien sûr, tient une place de choix. Froissée, compressée, elle amplifie les effets graphiques des plis sans tomber dans la piété ou le folklore espagnol qu’elle incarne. Il en va de même pour les broderies, sublimées par quelques touches de couleur : chez Balenciaga, le rose sait se faire discret pour faire ressortir la pureté des lignes. Une douce alchimie. Si certains reprochent à l’exposition une scénographie discutable, « L’oeuvre au noir » montre à quel point sculpture et couture ont des desseins similaires. A l’image des ficelles qui s’entrecroisent pour donner corps aux silhouettes iconiques.

Publicités

12 réflexions sur « Balenciaga, l’oeuvre au noir »

  1. Hello!
    C’est vrai que ce n’est pas tous les jours qu’une expo, surtout de mode, se concentre sur la couleur noir. Mais quand on lit ton article sur cette expo Balenciaga, on comprend mieux pourquoi. Ici on se concentre sur vraiment sur son oeuvre, son savoir faire, sur la « sculpture » du tissus, les jeux de matières,… En tous cas ton post donne envie de découvrir cette expo 🙂
    Bisous et bonne soirée
    Mimi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s