Pète un coup !

Et ouais, ni plus ni moins. C’est ce que j’essaye de me dire (sans le faire pour autant) à chaque fois que je sens un pic de stress monter, bien souvent pour des raisons très futiles. Il en va de même quand me vient une irrépressible envie de râler, plus récurrente – soyons honnêtes –  depuis que j’habite à Paris. Allez savoir pourquoi. S’il est facile de dire aux autres d’arrêter de se plaindre, se forcer à en faire de même s’avère un tantinet plus compliqué en pratique. Il suffirait pourtant de dédramatiser un peu pour se détacher de ses frustrations : chose que l’on n’a plus du tout l’habitude de faire aujourd’hui. 

Les transports, la pluie, le froid, le bruit ou que sais-je encore, tout devient source de problèmes à force d’accumulation. Résultat : l’impression d’avoir littéralement subi sa journée, alors qu’elle n’avait pas si mal commencé à l’origine. Ras le bol. Surtout d’attendre un remède qui ne viendra jamais si l’on continue de tout dramatiser à outrance. Voici la fainéante, la bruyante, l’insatisfaite : l’épuisante hystérie. Bien sûr, râler en France est culturel : certains diront presque que c’est inscrit dans l’ADN du pays. Sauf que pester par plaisir est bien différent du Calimero qui se gonfle l’ego en imposant ses humeurs à autrui. Quitte à rester ballonné à cause de ses problèmes. Mes chers compatriotes, il suffit parfois d’un bon pet pour que le vent tourne en notre faveur. A condition de ne pas râler à cause de l’odeur !

Publicités

21 réflexions sur « Pète un coup ! »

  1. Pète un coup, t’es toute pâle (comme dirait élégamment mon père…)
    Je ne saurais que trop te conseiller le port de boules Quies. Idéal pour rentrer en soi-même. Ça agit même sur notre perception du mouvement (celui-ci, une fois séparé de son compagnon Brouhaha, est moins gênant.) Je fais ça le soir (pas toujours, car il m’arrive aussi d’échanger harmonieusement avec eux) lorsque c’est l’heure du repas des enfants. Parce que le niveau de décibels produit par 3 gnomes d’âge pré-scolaire à table, ça rend juste tarée…

  2. Surtout n’arrête jamais de faire péter ta plume acide… Très drôle, je vais imaginer les prochains râleurs en train de péter et si je ne meurs pas d’asphyxie ça devrait me détendre… Bises 🙂

  3. Bonjour !!!

    J’adore ta plume ! Tu écris tellement bien et toujours avec une pointe d’humour, ce que je préfère 🙂
    Parfois ça fait du bien de péter un coup comme tu dis, on se sent directement plus léger haha.

    Bisous et bon mercredi !

  4. Ah, je te retrouve bien là avec ton humour caustique !!
    Ceci dit, cela sent le vécu et je confirme … mais j’ai la « chance » d’habiter en Province alors je ne râle pas dans les transports en communs !
    PS : mais je râve quand je lis ton billet sur Balenciaga parce que justement, JE VIS en Province ..

  5. Hello!
    J’ai adoré ton article qui m’a rappelé tous les moments stressant vécu à Paris. Entre le métro, la pluie, et tous ces gens qui courent partout, c’est dur de rester zen quand on vit à Paris. Je râlais beaucoup aussi quand j’habitais à Paris, surtout après les RER en retard et les pannes quotidiennes dans les transports en commun! Le mieux est de relativiser même si ce n’est pas toujours facile à faire sur le moment…
    Bisous et bonne soirée,
    Mimi

  6. Et oui .. Péter fait du bien, au moral, et à la santé hihi!
    Ceci dit beaucoup (trop) de français râlent, et malheureusement j’en ai hérité. Mais je râle plus en ville, qu’à la campagne. La solution à mon problème, rechercher l’idéal, lieu, moment, occupation, qui me rendra tout simplement bien dans mes pompes 🙂

  7. Le français est râleur et c’est génétique. Ne lui cherchons pas d’excuse en disant que la vie à Paris est stressante, ce qui est vrai, parce qu’en Province il râle aussi…c’est une façon comme une autre d’évacuer le trop plein. Un peu de yoga ferait du bien !
    Bon weekend

  8. ahah…..Je dois dire que, j’ai fait un gros travail de ce côté-là et je râle de moins en moins… sauf quand je conduis^^

  9. Excellent comme d’habitude Je déteste les raleurs qui me bouffe mon air pur c’est vraiment qq chose que je ne supporte pas mais j’avoue que la vie parisienne est certainement plus stressante qu’à Bordeaux !
    Courage et pole dance et ça va aller !!!
    Bises

  10. Le pet odorant, mais silencieux est du grand art surtout dans les transport ou dans un ascenseur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s