J’ai testé pour vous … la chasse virtuelle !

Traquer du petit et gros gibier sans passer le périphérique : voilà une expérience inédite que propose le simulateur de tir Cinematir en plein cœur du 6ème arrondissement de Paris. Un concept qui pourrait même accrocher ceux que l’univers de la chasse laisse entièrement de marbre, voire repousse. Et je parle en connaissance de cause puisque je fais justement partie de ces gens-là. Sauf qu’ici aucune bête n’est sacrifiée pour votre bon plaisir : alors autant prendre son pied à sortir la carabine et tâter de la gâchette !

 

Quelques mots sur le concept. Venue tout droit de Suède, cette technologie innovante a été mise au point en partenariat avec la British Association for Shooting and Conservation, développée au départ à destination des moniteurs ainsi que des athlètes olympiques. Le but : se perfectionner en s’entrainant virtuellement avec une arme équipée d’une caméra gyroscopique, qui permet d’analyser le tir, la précision du mouvement, ou encore la trajectoire de chaque projectile. Ainsi, le tireur peut aisément comprendre pour quelle raison il n’a pas atteint sa cible, corriger ses défauts et progresser. Le tout encadré par un instructeur, que vous soyez débutant ou confirmé.

 

Type de chasse, paysage, animal chassé, vitesse de déplacement : on se prend rapidement au jeu tant le simulateur est personnalisable. Sa précision permet même de savoir si l’animal a été abattu ou simplement blessé, en fonction de l’endroit où vous l’avez atteint. Last but not least : le nombre de tirs est illimité, de quoi ravir les plus furieux de la gâchette à raison de 40 euros les 20 minutes pour une personne. Une immersion aussi ludique qu’instructive, et dont vous sortirez sans aucun doute en meilleur état qu’après un paint-ball entre amis.

 

Publicités

17 réflexions sur « J’ai testé pour vous … la chasse virtuelle ! »

  1. La firme « Pandan » a encore un bel avenir… Après le Pandan-L’oeil et le Pandan-Lagl, voici venir le Pandan-TonNumérique. Franquin doit être ravi. 🙂

  2. Polina
    « simplement je suis passionnée de tir et cette activité était un bon moyen de changer de cadre en s’amusant. »

    Comme je vous comprend ! Enfant nous tirions avec le fusil 22LR de notre père qui ne chassait pas. Ensuite j’ai été dans un club de tir où j’ai commencé avec du 4.5 et participé à des compétitions. Et ensuite mais pas en France, au 7.62. Mais le tir c’est un tout. La formation initiale joue sur la concentration et la respiration. Pour moi c’est cela l’essentiel. C’est pour cela, quand ma vue a baissé, je me suis mis au Iaidō qui est l’art de tirer le sabre. Et se pratique sans adversaire.

    Parce que savoir tirer peut-être un don et une malédiction…
    Mais vous avez raison, en distraction cela défoule.

  3. matchingpoints
    « ces horribles jeux vidéo que tant d’enfants aiment »

    Pas que les enfants. Et puis il y a des jeux qui n’en sont pas vraiment. Tenez un « jeu » du nom de « America’s Army « . Très intéressant. Il y a d’abord une phase d’entrainement qui permet selon le niveau du joueur un accès à des armes plus ou moins puissantes. Mais le truc drôle c’est que peu importe que vous soyez dans l’équipe A ou l’équipe B, vous avez toujours l’uniforme américain et les ennemis donc de l’équipe A et B ( qui se voient eux en uniforme américain avec bien entendu des armes américaines) sont vus en pseudo-uniforme russo/terroristes. En tous les cas avec des armes russes. Jouent des équipes de tous les pays (Américains bien sûr, Français, Croates, Philippins, Vietnamiens,etc…) mais l’anglais est la langue de rigueur. Ce qui est intéressant c’est que l’on repère tout de suite les équipes dont les membres se connaissent en dehors du jeu et ont une formation militaire. Ils évoluent selon les règles et se transmettent les infos essentielles. Et puis il y a les équipes qui ont un drapeau américain devant leur nom dans la zone de sélection. Ce sont les équipes de l’armée américaine. Là, en plus si vous jouez mal vous pouvez perdre des points. De fait, le jeu qui a coûté 7 000 000 de dollars au gouvernement en 2002 est un jeu de recrutement de l’armée américaine.Et contrairement à d’autres jeux il est entièrement gratuit. Les meilleurs joueurs (américains) sont bien entendu repérés et après enquête externe (ce qui à mon sens pose un réel problème de liberté) peuvent recevoir directement un mail ou croiser par « hasard » en allant faire leurs courses des recruteurs de l’armée.

  4. C’est un amusement comme un autre. Mais dans le contexte actuel toutes ces histoires autour des armes, cela nous dérange un peu. Bien que, ce serait peut-être un bon moyen de calmer le killer -instinct de certains ?

    1. « calmer le killer -instinct de certains ? »

      Je ne suis pas tout à fait sûr. J’avais un sergent instructeur (Старший сержант ) d’une armée qui n’existe plus dans un pays qui n’existe plus, qui jouait sur le sentiment. Déjà qu’on était mauvais au départ. Il hurlait : « Imaginez votre pire ennemi » Et plus on imaginait plus on était mauvais. Moi je tremblais comme une feuille et au but de trois coup j’étais presqu’en larmes parce que j’étais venu dans ce pays non pa pour cela mais pour trouver mon grand-père dont on m’a appris qu’il était mort – lieutenant du NKVD – à Stalingrad. Comme mes deux grands oncles « Malgré Nous » dans la Wehrmacht eux. Enfin le second en revenant de Tambov.Je coulais savoir. E tils on découverts que j’avais un « don » 😉 Mais là ce fou de Sergeï qui nous disait de haïr la cible…; En fait c’était une de ses méthodes. Dès que tu mets du pathos dans le travail tu deviens mauvais. De fait ce qu’il nous enseignait c’était de ne pas avoir de sentiments.
      Aussi bien s’il devait y avoir des gens qui viennent là pour «  »calmer le killer -instinct » qu’il jouent à un jeu sur le net et se fassent suivre par un psy. Mais ce que vous dites, n’est en effet pas sans me poser problème. Aux USA on peut aller dans n’importe qu’elle stand de tir et choisir l’arme que l’on veut. La législation us dans beaucoup d’Etats devrait être aussi un truc que cet admirable mouvement des lycéens interroge.
      Techniquement et par expérience, le fait de manipuler une arme ne calme pas le killer -instinct de certains  »
      Il y a un truc – je veux dire à part une culture humaniste – qui calme comme vous dites l’instinct, c’est que quand on joue enfant aux cowboys et indiens de tomber sur le cadavre d’un animal mort et en décomposition. Mais cela n’arrête pas les serials qui ont appris la mort par ailleurs. A voir la psychologie des sérias killers Si vous trouvez un rat mors devant votre porte et que c’est votre chat félicitez-le. Mais si c’est votre gamin de 4 ans égorgez- le. Niet , bien entendu, mais allez tout de suite chez un psy 😉

      1. Vous avez raison, nous avons répondu un peu à la légère ! Et pourtant, nous aimons pas les armes. Et nous détestons ces horribles jeux vidéo que tant d’enfants aiment avec la bénédictions de leurs parents !

  5. Fabuleux, chasser en plein Paris, tuer son gibier virtuel, quel pied en effet !
    Bientôt, et avec l’assentiment de la NRA on pourra s’entrainer sur des humains, juste un remake virtuel des Chasses du Comte Zaroff.
    Il n’y a que le récit de Vassili qui m’a touché, et en plein cœur ……..

    1. « Il n’y a que le récit de Vassili qui m’a touché, et en plein cœur …….. »

      A vous remercier. De tout coeur, pierforest ! Je n’ai pas à savoir pourquoi 😉
      Mais de fait je pense que cela peut horrifier Polinacide.
      J’adore ses textes. Et surtout ses initiatives !
      Au point où je me demande toujours pourquoi elle n’est pas journaliste dans un de gros journaux quotidiens et/ou hebdomadaires. Mais son site a de toute manière la meilleur réputation dans un certain milieu parisien…
      Donc horrifier Polinacide n’est en aucun cas mon intention !!!!
      J’en reviens toujours à ce passé. Mais elle a bien réussi à rencontrer L.B.
      Elle ne pensait pas que cela allait rester inaperçu ?
      Et à ne pas s’inquiéter. Depuis Chirac cet homme est sous la protection – aussi – du gouvernement français…

      De fait j’ai la mauvaise habitude de toujours écrire ce que je pense.
      J’adore ce site. A le redire encore ! Mais je ne supporte pas l’absence de contradiction !
      Cela ne veut pas dire que je cherche la contradiction à tout prix, mais je crois que Polinacide -mêrme si techniquement et mondainement cela lui convient .

      Elle écrit tellement bien ! Non pas seulement qu’elle peut faire bien mieux. Mais que par exemple sous un autre nom… .-)

      Juste à dire « pierforest » que ce n’était pas une histoire entre cohabitation d’Homme et d’Animal.
      C’était un rapport de force entre oligarque et République autonome de Boutiatie. On a juste rendu un grand service en évitant que cela remonte plus haut. Le mec voulait voir un ours mort. On lui a donné un ours mort. Mon ami Michka. J’ai une cabane (Isba) là-bas. Entre deux parcs nationaux. C’était un cadeau pour « services rendus « dans les années 80…

      Mais dites-moi « en plein coeur » ce n’est pas une expression anodine ???

      1. Merci Vassili, à mon tour de vous remercier pour votre adorable commentaire. Toutefois ne vous inquiétez pas, le commentaire d’Alain ne m’horrifie aucunement 😉
        Je suis moi-même contre le principe de la chasse à vrai dire, simplement je suis passionnée de tir et cette activité était un bon moyen de changer de cadre en s’amusant.

  6. Est-ce qu’il y a un coup de recul, comme avec une arme véritable?

    Je ne serais pas étonné outre mesure que la NRA en fasse la promotion pour former les professeurs (que Trump veut maintenant armer) à abattre les tueurs qui se présentent dans leur école.

    @Vassili: Touchant cette histoire ou tu as dû tuer ton ami ours. La cohabitation entre l’homme et l’animal sauvage n’est pas toujours facile.

    1. Je viens de vous faire une longue réponse. Elle est partie dans le vide sur le mot « weatherby. »
      Je vais vous répondre à nouveau, parce que je n’ai pas l’habitude de laisser une question sans réponse de même que je n’ai pas l’habitude d’être dans le répétition. Quand j’étais prof et qu’un élève me demandait de répéter, je répétais toujours : je ne peux que reformuler. 😉 A petit plus donc…

    2. Petite précision. On a du tuer le vieil ours pour sauver la maman ourse dont l’oligarque voulait la peau. On lui a fait croire que c’était elle. Sinon, il n’aurait même pas porté plainte. Il aurait simplement payé des tueurs. Rappelons que le tout s’est déroulé dans un parc naturel protégé. En République autonome de Bouriatie. La Rive Est du Baïkal. La rive Ouest dans l’Oblast d’Irkoutsk est la plus touristique. Plein de boites de nuit sur la côte. Le fils de l’ex-président ukrainien y a laissé la vie en cherchant il y a quelques années un soir de fête à traverser sur la glace avec un 4/4 trop lourd.

  7. Merci à Polinacide pour ses toujours originales trouvailles.
    Une technologie intéressante et amusante en tant qu’elle est accessible maintenant aussi aux civils. Mais de la même manière qu’elle sert déjà pour l’entrainement des snipers dans beaucoup de pays, on peut se demander si au-delà de la ludicité affichée, elle ne sera pas de fait bientôt le must pour par exemple passer son permis de chasse. De la même manière par exemple, qu’il existe déjà pour le permis de conduire et la licence de pilote des dispositifs de ce type. Le fait de pouvoir apporter sa propre arme est assez révélateur…
    Pour ma part, je déteste tuer les animaux qui n’ont rien fait à personne rien que pour le plaisir, bien que je dois avouer que paradoxalement j’adore manger du gibier. Mon grand-père qui tuait ses lapins me demandait toujours si je voulais essayer. Un jour que bien vieux, il s’acharnait sur un pauvre lapin qu’il loupait toujours et gigotait de douleur, je lui ai demandé, à sa grand joie, si je pouvais essayer. J’ai pris l’espèce de matraque patinée de sang qui lui servait depuis des années et abrogé la souffrance de la pauvre bête. Même chose pour une carpe qu’une de mes grands-tantes martyrisait pour la même raison. Le plus douloureux a pourtant été de devoir tuer, pas en France bien entendu, mais dans la région d’Oust-Bargouzine sur le Baïkal où j’adore au demeurant pêcher l’Omoul, un vieil ours, mon ami rencontré dès les années 90 lors d’une de mes longues promenades dans les montagnes et que j’appelais « Medvev » ou « Michka » (Medved signifie ours en russe) que j’adorais et connaissais depuis des années au point où il venait quand je l’appelais et qu’il a fallu, avec l’accord du garde-chasse, sacrifier pour faire cesser les menaces d’un touriste stupide mais influent qui avait laissé ces filles approcher des oursons d’une maman Ourse qui les avait chargés blessant la mère – le père courageux s’était enfui – et menaçait de faire jouer toutes ses relations pour avoir la tête de la maman ourse. Alors pour sauver la mère et ses deux oursons, et comme, au fil des années, j’avais durant mes promenades pu établir une relation presque d’amitié avec mon vieux « Medvev », j‘ai dû aller dans la forêt. Ce soir-là, il s’est approché comme jamais. Je lui ai parlé des heures durant sans qu’il ne parte, et sans que j’aie le courage d’utiliser ma SVD (qui bien entendu ne quitte plus la Bouriatie) Il était vieux et fatigué etait devenu végétarien  À un moment il s’est dressé sur ses pattes arrière mais sans se mettre en position d’attaque. Il est juste resté là à attendre tandis que j’étais assis sur un rocher en surplomb, juste à hauteur de sa tête. Le moment était venu.
    J’ai pleuré des jours durant…
    Quand on tue il faut le faire proprement. La vidéo du site (http://cinematir.fr/simulateur/photos-et-videos/) montre que lorsqu’on blesse une bête, elle s’enfuit. Et rien de pire qu’un sanglier blessé.
    Le site est manifestement un site non de loisir mais de chasse. Il suffit de voir sur la carte donnée de France les régions où il y a des simulateurs. Par contre j’aime bien la boutique pas trop chère comparé aux boutiques d’armuriers. J’adore le tweed 😉 Bien entendu, ils ne vendent pas d’armes (enfin dans les F.A.Qs revient le mot « momentanément » souvent…) en ligne. Mais des appareils de vision nocturne. Des modèles autorisés en France parce que ne pouvant se fixer sur une arme ou sur un casque, mais alors que la chasse nocturne est formellement interdite en France.
    Le site est donc manifestement destiné non pas vraiment au loisir comme le paintball, mais aux chasseurs, tireurs, etc… qui hors période de chasse veulent garder la main.
    Bon week end !

  8. Bonjour

    Ça a l’air génial (et un peu glauque aussi)! Mais donc, ce sont des images virtuelles alors ? C’est une sorte de jeu vidéo en plein air ?

    Bon week-end !

    1. Ça ressemble effectivement à un jeu vidéo à la différence que l’arme est une vraie (donc bien plus lourde !), la difficulté plus élevée comme la précision du tir. Ça se passe devant un écran dans une salle 🙂 bon week-end à vous aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s