M*rde alors !

Savoir dire m*rde. Quand il le faut.

Si pour beaucoup ce juron relève encore du tabou, mettre un stop aux personnes toxiques lorsque les circonstances l’exigent n’a pourtant rien d’anormal. C’est même très bénéfique voire le début de l’estime de soi. Surtout que ce sont souvent les mêmes individus qui nous cherchent en marchand sur nos plate-bandes, retirant un plaisir pervers à faire sortir tout le monde de ses gonds. Des emmerdeurs professionnels somme toute qui savent parfaitement sortir la petite phrase qui tue, histoire de plomber l’ambiance. Le pire étant que certains d’entre-eux refusent de l’admettre ou sont alors tout simplement dans le déni.

Autant les éviter si possible au risque de se laisser entraîner à terme dans une diarrhée verbale aussi énergivore que chronophage. Car savoir dire merde au bon moment et avec classe est un art au même titre que celui de faire chier son monde. Reste plus qu’à s’y exercer, ne serait ce que pour faire passer le temps du confinement plus vite.

6 réflexions sur « M*rde alors ! »

  1. Récemment j’ai été éjecté comme une m*rde d’un groupe whatsapp :
    Juste après avoir collé deux vers à un début de poème de l’adùministrateur :

    C’est un bonheur c’est un don,
    ce que ferveur à de bon..
    une impasse au malheur,
    une risée au bas fond,

    Dans les chiottes un pochetron
    et au fonds un étron
    Et voici la fin inédite toute chaude et bien collante :
    Quand c’est l’heure c’est l »heure !

  2. Une très bonne pratique, chère Polinacide, à utiliser avec justesse et parcimonie.

    Le début de l’estime de soi, oui, peut-être. Et aussi le début de ce que l’on appelle en anglais de « l’assertiveness. » Le fait de se mettre en avant et de s’exprimer ; et non pas de se recroqueviller dans sa coquille.

    Par les temps qui courent, cette assertiveness peut nous mener loin. Nous avons besoin de plus d’amour, de plus de tendresse, de plus de sagesse. Et tout cela ne va pas se manifester si l’on reste « coincé » devant sa télé.

    Love & much Light,
    Amour et Lumière,

    Gilles

  3. J’aime ce billet.

    Bien vrai que les « toxiques » récidivent en comptant sur le fait que leurs victimes ne répondront pas à leurs réflexions acides. J’ai constaté que pour mettre fin à ces agissements il faut, quand l’occasion se présente, quand on en a assez et si possible devant plusieurs personnes, péter ses plombs et lui dire ses quatre vérités en pleine face.

    Surpris et constatant que les témoins ne sont pas de son côté, il ne recommencera pas, pas sur vous. Du coup, vous gagnerez en estime, de la part de tous.

  4. Voici un petit texte qui, loin d’être merdique, n’a pas la courante et prend son temps pour nous expliquer les frasques de certains étrons toxiques de nos connaissances. Des merdeux dont il convient d’essuyer proprement leurs sales frasques. Heureusement, nous sommes apparemment tous bien fournis en PQ ces derniers temps. 😉
    Bravo Polina. 😀

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s