Haters revolution

Les rageux du web, on en a déjà tous ou presque fait l’expérience après avoir lâché un commentaire – aussi modéré soit-il – sur les réseaux sociaux. Une vraie bataille de quéquéttes où chacun tient absolument à formuler son opinion, sans mesurer parfois le ridicule de ses propos. Ne parlons même pas de l’orthographe plus que douteuse de certains avis car le sujet mériterait un billet d’humeur à part entière. Je pourrais d’ailleurs en écrire tout un pavé.

Cachés confortablement derrière leur écran, ces excités se croient de plus en plus tout permis. Alors qu’ils n’oseraient pas dire ne serait-ce qu’un dixième de ce qu’ils écrivent s’ils avaient un véritable interlocuteur en face d’eux. Surtout s’il est baraqué et un brin soupe au lait.

Pire encore que les trolls ce sont les stalkers de la toile, qui suivent autant que possible tous vos faits et gestes (ou du moins ce que vous avez bien voulu partager en ligne) en prenant un malin plaisir à vous pourrir la vie. N’ont-ils pas sincèrement mieux à foutre ? Hélas certainement pas en cette période chaotique où tout le monde devient un peu taré et ceux qui l’étaient déjà de base encore plus. La preuve : jamais autant Internet n’a été saturé de haine et de nuisibles en tout genre, à croire que le Covid aura engendré une génération de psychopathes sans parler des autres dégâts causés. Tout comme il est conseillé de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, peut-être devrions nous tous repasser à la gym des doigts avant de taper sur le clavier. Et investir dans un bon dictionnaire, au passage. 

4 réflexions sur « Haters revolution »

  1. Heureux de vous lire Polinacide. Je suis pleinement d’accord avec vos propos concernant le WEB et ces hurluberlus qui insultent gratuitement. C’est devenu un « sport » mondial. Notez qu’en ce qui concerne les blogues, suffit de bloquer les insignifiants, ils sont faciles à repérer. Restons maîtres chez nous.

    Vous proposez l’achat d’un dictionnaire, j’ajouterai celui d’une grammaire et d’un guide sur le savoir vivre. Les fautes d’orthographes sont excusables, nous pouvons même en rire. Nous ne sommes pas des académiciens mais lorsqu’il y a plus de fautes que de mots, il faut bloquer. Quant aux insultes, c’est tolérance zéro.

    Chez vous comme chez moi, l’instruction est gratuite, on ne le croirait pas!

  2. Le ridicule, la haine…tout est possible sur Internet, l’anonymat protège les lâches..
    Les fautes d’orthographe par contre sont omniprésentes ! (Je me relis deux fois du coup, mais mes origines allemandes sont une bonne excuse 😉 )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s