Bis repetita

La seconde vague. On pourrait bien finir par se la prendre de plein fouet suite au relâchement relatif de certains d’entre nous, qui ont sans doute cru que le virus aurait prévu de prendre quelques congés cet été. Il n’en est pourtant rien puisque l’éventualité d’un second confinement n’est désormais plus une simple hypothèse, mais bien une réalité dans certains pays et particulièrement dans l’hémisphère sud, actuellement en plein hiver. De quoi nous montrer à quelle sauce on risque d’être mangé d’ici quatre mois. Pile-poil avant Noël, quel timing ! N’en déplaise à ceux qui ont pris un énorme bain de foule ce week-end pour l’apéro, sans masque évidemment mais très certainement avec une bonne paire d’œillères. Lire la suite « Bis repetita »

Le monde d’après

On nous en parle en boucle depuis plusieurs semaines comme si tout allait soudainement changer au lendemain du déconfinement. Peu de chances cependant compte tenu de ceux qui sont aux commandes, lesquels n’hésitent pas à envoyer nos chères têtes blondes au casse-pipe au prétexte de libérer les parents et relancer la sacro-sainte croissance. Y a de quoi flipper un peu non ?

Ce qui m’amène comme beaucoup d’autres à appréhender la date du 11 mai au lieu de m’en réjouir, et j’en suis la première étonnée après avoir passé presque deux mois à piétiner dans mon appart’ parisien. Une fois la salle de bain récurée, les placards rangés et le classement des documents revu dans son ensemble, autant dire qu’il faut apprendre à apprécier l’ennui quand on ne sait plus comment s’occuper. Car ce ne sont pas les trente minutes de yoga quotidiennes qui vont suffire à faire passer la journée plus vite. Ni le catalogue bien fourni de Netflix. Lire la suite « Le monde d’après »

M*rde alors !

Savoir dire m*rde. Quand il le faut.

Si pour beaucoup ce juron relève encore du tabou, mettre un stop aux personnes toxiques lorsque les circonstances l’exigent n’a pourtant rien d’anormal. C’est même très bénéfique voire le début de l’estime de soi. Surtout que ce sont souvent les mêmes individus qui nous cherchent en marchand sur nos plate-bandes, retirant un plaisir pervers à faire sortir tout le monde de ses gonds. Des emmerdeurs professionnels somme toute qui savent parfaitement sortir la petite phrase qui tue, histoire de plomber l’ambiance. Le pire étant que certains d’entre-eux refusent de l’admettre ou sont alors tout simplement dans le déni.

Lire la suite « M*rde alors ! »

Sous cloche

La France est à l’arrêt et comme beaucoup d’entre vous je n’ai pas grand-chose à foutre de mes journées, télétravail mis à part. Sauf bien sûr la popote, copuler ou encore m’engueuler avec mon mec. On s’occupe comme on peut entre quatre murs dans un appartement parisien. Je me demande d’ailleurs combien de couples survivront à ce confinement, d’autant plus s’il sera reconduit pour deux semaines encore. Si beaucoup de personnes peuvent mal le vivre, pour ma part j’apprécie presque cette parenthèse détox dans le brouhaha permanent de la capitale. Plus de camion poubelle qui me réveille de bon matin, plus de foule dans ces ruelles bien trop étroites pour deux personnes, plus besoin de se faire violence sans arrêt dans une course permanente, et ce calme… On entend enfin le chant des oiseaux sans parler de la pureté de l’air. Je vous assure qu’en grande métropole c’est vraiment le jour et la nuit. Lire la suite « Sous cloche »

YOLO du canapé

Sortir de sa zone de confort. Telle est la nouvelle injonction que nous suivons presque tous comme des brebis en quête d’une herbe toujours plus verte ailleurs. Quitte à se perdre en chemin. Rien d’étonnant d’ailleurs à l’heure où les possibilités de s’aérer l’esprit n’ont jamais été aussi nombreuses, surtout dans les métropoles : un concept bar à tester, une destination cool où s’envoler le temps d’un week-end, ou encore une activité à instagrammer en mode badass. Une société de l’apparence dans laquelle on en vient à oublier ce que nous désirons vraiment en notre fort intérieur. Lire la suite « YOLO du canapé »

Greenwashing

Faire un petit geste pour la planète. C’est désormais devenu le mantra de toutes les grandes marques qui souhaitent reverdir leur blason maintenant que l’étiquette écolo est résolument tendance. Y compris les plus improbables. Toutefois derrière la multitude de labels et la bonne volonté apparente se cachent quand même quelques contradictions. A quoi bon proposer un dentifrice « vert » se voulant « plus respectueux de l’environnement » sans prendre en compte le suremballage en carton qui va avec ? Ou alors foutre systématiquement une fourchette en plastique (qui ne servira même pas vu sa taille) au sein d’une salade bio et veggy friendly ? Les exemples ne manquent pas alors qu’ils sont tout simplement contraires au bon sens. Quitte à changer de politique marketing, autant la pousser jusqu’au bout, non ? Sans oublier ces acteurs qui se contentent de mettre une fleur ou deux sur leurs flacons sans faire d’efforts supplémentaires histoire de brouiller les pistes. Bullshit. Lire la suite « Greenwashing »

Changer de vie comme de chaussettes

C’est désormais devenu possible tant les coachings en tout genre ont envahi le bien juteux marché du bien-être. Comment devenir beau, s’accepter tel que l’on est, gagner plus d’argent pour sortir de la « rat race »… Autant de promesses que nous vendent des néo-gourous bien décidés à nous « reconnecter avec notre moi intérieur »… moyennant (bien évidemment) du cash en échange. Car même dans le merveilleux monde de Oui-oui rien n’est gratuit ! Lire la suite « Changer de vie comme de chaussettes »

Voyage, voyage

Ah, les touristes. Cette espèce invasive que déteste tout Parisien qui se respecte puisqu’à son contact « la plus belle ville du monde » prend des airs de Disneyland où fourmillent des milliers de visiteurs qui se croient tout permis, prenant leurs aises alors qu’ils ne sont que de passage. Ce phénomène là n’est d’ailleurs pas l’apanage de Paris. C’est encore pire à Venise, où visiter la ville ressemble peu ou prou à faire la queue en permanence pour tenter le « Space Mountain ». De quoi vraiment désespérer les autochtones qui ne demandent pourtant pas grand chose : un peu de silence et une pointe de respect. On n’est quand même pas au Club Med ici ! Lire la suite « Voyage, voyage »

Les petites victoires

On ne s’en réjouit pas assez souvent et pourtant on aurait tout à y gagner. Réussir à arrêter la clope, s’occuper enfin de la paperasse qui trainait sur le bureau depuis des mois, terminer un dossier qui nous pèse, se remettre à la gym, ne pas laisser trainer la vaisselle, ou encore faire son lit avant de partir le matin… Autant d’exploits certes très modestes mais qui ont le pouvoir de transformer le quotidien voire déclencher à terme des changements plus profonds en notre moi intérieur. Le shot de dopamine en plus. Car oui, les petites victoires nous rendent heureux sans même que l’on ne s’en rende compte (gling gling, circuit de la récompense !). Alors pourquoi ne pas y prêter davantage attention pour booster sa confiance en soi ? Lire la suite « Les petites victoires »

Un monde sans Karl

C’est certainement la fin d’une époque, et pas seulement pour l’univers très privé de la mode. Photographe de renom, couturier hors-pair et véritable génie du style, le grand Karl nous a quitté sans que personne ne s’y attende. Comme frappé par la foudre. C’est souvent ainsi que s’effondre un mythe :  après avoir conquis le monde médiatique puis nos cœurs, on en croirait presque qu’il serait devenu immortel. En revanche, son immense contribution à la couture française le restera à jamais. Sans oublier sa silhouette signature ou encore ses punchlines bien rodées. Car même la grande faucheuse n’avait pas échappé aux fameux « karlismes » du Kaiser, c’est dire… « Il n’y aura pas d’enterrement. Plutôt mourir » déclarait-il pas plus tard qu’en avril 2018 au magazine Numéro. Comme toujours avec Karl, on ne sait jamais s’il faut en rire ou en pleurer. Surtout quand on se souvient que son « unique ambition dans la vie, c’(était) de porter des jeans taille 30 » ! Lire la suite « Un monde sans Karl »