Nos chers voisins

Ah, la vie en communauté. Cette douce utopie que la promiscuité des centres urbains rend – dans certains cas – absolument invivable. Et le malaise de l’ascenseur n’en constitue pas l’unique illustration. Je m’explique. Qui n’a jamais connu de problèmes de voisinage, ou encore rêvé d’expulser ce vieux couple d’alcooliques qui hurlent et s’engueulent toutes les nuits à en réveiller les morts ? Sans oublier cet étudiant fêtard qui depuis son arrivée dans l’immeuble a transformé votre étage en wagon bar, avec les décibels, les va-et-vient incessants dans le couloir et les relents de pizza défraichie le lendemain que cela implique. Oubliez les boules Quies : certaines situations exigent de revoir carrément toute l’insonorisation de l’immeuble pour être résolues. Pas sûr pour autant que votre insomnie chronique et les valises dont vous avez hérité sous les yeux suffiront à convaincre la copropriété d’accéder à votre demande. Dommage. Lire la suite « Nos chers voisins »

Publicités

Un bien lourd héritage

A chaque jour suffit sa peine. Après le divorce de Brad et Angie, voilà que la France entière se passionne pour la succession du défunt Johnny Hallyday. Au sein de laquelle Laeticia vient de passer (en quelques jours seulement !) de sainte nitouche à marâtre sans coeur. Il en faut peu pour inverser la tendance. A tort ou à raison – volontairement ou pas – il semblerait que le chanteur ait déshérité ses enfants au profit de sa bien aimée, qui en paye désormais les pots cassés pour se reconstruire une image socialement acceptable. Au fond, on s’en fout comme de l’an 40, aussi louche que puisse paraître une telle décision. Mais il faut bien trouver un sujet croustillant pour alimenter les conversations mondaines et les débats houleux (à l’utilité discutable) sur les réseaux sociaux. Sinon ce serait moins drôle. Lire la suite « Un bien lourd héritage »

J’ai testé pour vous … l’hypnose !

Suivez mon doigt. Ben oui, rien que ça. Il y a quelques années de là, l’intraitable fumeuse que j’étais avait décidé de tester l’hypnose, histoire de se débarrasser de son addiction à la clope une bonne fois pour toutes. Dix ans de fumette, il était temps que ça s’arrête. Franchement, j’y croyais dur comme fer. Surtout après avoir lu plusieurs témoignages de tentatives réussies du premier coup. Pourquoi pas moi alors ? Puisque j’étais partante, ça ne pouvait que marcher après tout… Et bien détrompez-vous. Il ne suffit pas d’avoir envie pour que l’hypnose « prenne » sur vous. La preuve : j’ai bien flippé au moment où je me suis sentie partir. Genre, vraiment très très loin : comme si mon esprit était sur le point de sortir de son corps pour aller vaquer à ses propres occupations quelque part là haut. Sauf que ça a duré seulement quelques secondes. Le reste du temps, impossible de débrancher, même si mon état de conscience était on ne peut plus malléable. A vrai dire j’étais la première étonnée, moi qui pensais que j’allais suivre le lapin blanc dans son terrier sans cligner des yeux. Tu parles. Faut croire que je n’ai pas le profil. Lire la suite « J’ai testé pour vous … l’hypnose ! »

J’ai testé pour vous … la cryothérapie ! 

Otez votre manteau, vos bonnets et les triples couches de pulls qui maintiennent votre température corporelle. Car il n’y a rien de tel que de démarrer 2018 avec de nouvelles aventures. Et pas des moindres : puisque celle-ci consiste à vous mettre en petite tenue dans une cabine à -90°C pendant trois minutes environ. Rien que ça. Frileux s’abstenir ? Pas si sûr : puisque je fais justement partie de ces gens-là.

Encore assez méconnue en France, la cryothérapie – ou la thérapie par le froid – possède pourtant bien des vertus. Peau gainée, circulation stimulée, métabolisme boosté et cellules drainées sont autant de bienfaits que promet cette exposition, aussi brève et rude qu’elle semble au premier abord. Lire la suite « J’ai testé pour vous … la cryothérapie ! « 

Lost in translation

Le malaise de l’ascenseur. Tout le monde a vécu cet instant au moins une fois dans sa vie : se retrouver coincé avec un inconnu dans un bunker sans rien avoir à lui raconter. Pas même l’envie de commenter la météo histoire de meubler ce moment un brin pesant. Résultat : chacun prend son mal en patience, en espérant que le trajet n’excèdera pas un ou deux étages maximum. On croise les doigts, en faisant semblant de vérifier ses mails, de se curer les ongles voire même de s’intéresser à l’état du plafond (tiens donc !), comme pour cacher la pénibilité de cette promiscuité non choisie. Tout le monde s’en serait bien passé. Lui comme vous, d’ailleurs, n’en doutez pas une seconde. Lire la suite « Lost in translation »

Noyer le poisson

On aura tout vu, ou presque. Après le maïs OGM, le boeuf aux hormones et le saumon transgénique du Canada, voici venu le temps de la pêche électrique. Aïe. Rien d’étonnant, à vrai dire, puisque la paresse est le moteur du progrès. Pourquoi s’ennuyer à lancer cannes et filets à la mer quand d’un simple coup de décharge on peut récolter l’équivalent de plusieurs heures de travail en un claquement de doigts ? Pêcher plus pour gagner plus. C’est la raison pour laquelle l’Union européenne pourrait désormais développer cette pratique – qu’elle avait pourtant interdite en 1998 – sous la pression des lobbies, pour le plus grand bonheur des pêcheurs hollandais. Et tant pis pour la planète.  Lire la suite « Noyer le poisson »

Le verre de trop

Un boit-sans-soif. C’est le constat que l’on fait de sa piètre existence quand on se surprend à préparer l’apéro de samedi soir dès lundi 10 heures du matin avec les copains par écrans interposés. A peine remis du week-end précédent, les bonnes habitudes reprennent. Faut bien se motiver pour tenir le reste de la semaine non ? Blanc sur rouge, rien ne bouge. On se croirait presque à une réunion de piliers de comptoir en pleine dégustation matinale au PMU. De quoi se demander si nous ne serions pas en train de développer une « mauvaise relation » avec l’alcool, comme le décrivent certains sites spécialisés. La question a en tout cas le mérite d’être posée : ça fera toujours un sujet de discussion pour l’apéro de samedi prochain, non ?  Lire la suite « Le verre de trop »