La course au piège

livre-nicolas-gueguen_histoires-de-voir_emmanuelle

Pourquoi acheter des produits en promotion nous donne-t-il l’impression d’être plus intelligent ? Dans quelle mesure la lumière d’un magasin influence-t-elle notre comportement ? Comment un simple geste du serveur pousse-t-il à lui donner un plus gros pourboire ? Autant de questions moins anodines qu’il n’y paraît à en croire le dernier ouvrage de Nicolas Guéguen, qui passe au crible les stratégies marketing mises en oeuvre pour orienter nos actes d’achat. Il y explique notamment la magie des prix en « 9 », qu’écouter de la musique forte pousse à boire plus, ou encore la raison pour laquelle certaines odeurs nous rappellent notre enfance.  Lire la suite

L’achat utile

Voilà somme toute la problématique à laquelle j’ai été confrontée en plein dimanche de fin de soldes. N’ayant eu ni le temps ni l’envie de me fondre parmi la foule les semaines précédentes, je me suis fatalement rabattue sur un jour de congé où je n’avais strictement rien planifié à part me foutre la paix. Grossière erreur. Car passé le déjeuner, me voilà éprise d’un désir insatiable de faire les boutiques, avec pour seul but d’acquérir une fringue à prix bradé d’ici le 21 février. Dernière démarque oblige. Quel intérêt, direz-vous ? Aucun. Si ce n’est celui de participer à ce grand rituel social de chasse à la bonne affaire. Avec l’ultime excuse de pouvoir peut-être – enfin – trouver la seule pièce qui manquait à ma garde-robe depuis des mois. Le comble, c’est qu’elle était bien là, à m’attendre sagement accrochée à son cintre. L’effet panurge des soldes, sans doutes. Lire la suite

Le consommateur planétaire

Consommer de manière responsable est-il utopiste à l’ère de la mondialisation ? C’est à cette question périlleuse et, avouons-le, culpabilisante, que s’attaque le géographe Éric Lambin dans son dernier ouvrage : un sujet d’autant plus préoccupant à quelques semaines de la COP21. Accusée d’accélérer les changements environnementaux et d’augmenter les inégalités sociales, la globalisation a mauvaise presse. Et pourtant, chacun en bénéficie à son échelle de manière quotidienne, ne serait-ce qu’en accédant tous les jours aux produits venus des quatre coins du globe. D’où l’affirmation d’une thèse résolument optimiste, que l’auteur n’essaye pas de pousser jusqu’à la naïveté pour autant.

Lire la suite

Consommation : année zéro

 

emmanuelle_histoires de voir_ Econome« À consommer avec modération ». Longtemps martelé avec un malin plaisir par les publicitaires, voilà un slogan qui définit désormais notre propre rapport à la dépense. Bons plans, rabais et autres promotions ne sont plus le privilège du « pauvre », mais la monnaie courante d’une crise qui a muté en état constant. Aucune raison d’en avoir honte : il a bien fallu s’adapter, de force mais aussi de gré. Si l’acte d’achat par essence n’a jamais été gratuit, il semble aujourd’hui porteur d’une signification particulière, plus profonde que la simple pulsion qui lui suffisait autrefois.

Lire la suite

Bio mais pas trop

À l’heure où les épiceries biologiques fleurissent à Paris plus vite qu’un champ de pissenlits, l’agacement provoqué par cette vague green progresse en même temps que ses parts de marché. Un principe de vie qui dérange, voire suscite un rejet allant au-delà des attendus lobbies agro-alimentaires. Étonnant lorsque l’on sait que le bio relève du bon sens. Lire la suite

La solde folle

Pire que l’épidémie de gastro, voici venue la fièvre acheteuse. Chaque année, la même rengaine : frappant ses victimes par millions à grands renforts de 60, 70 puis même 80%, les soldes font chauffer la carte bleue jusqu’à décimer la moindre trace de bon sens qui viendrait prévenir un achat inutile. Plus, plus toujours plus ! Sans modération. Cédant volontiers à la pression consumériste et à l’euphorie de la promo, des millions de Français partent en croisade pour quérir le Graal dont ils se sont pourtant passés pendant tant d’années. D’optionnel, il leur est devenu indispensable, quitte à se taper la cohue dès l’entrée de la boutique et même poser leur dernier jour de congé, histoire d’être le premier dans les starting blocks. On ne plaisante pas avec le rabais, surtout en période de crise. Un vrai bal populaire. Lire la suite