Le visage de Dieu s’expose au Louvre


fabrique-saintes-images-louvreÀ défaut de le voir, on peut toujours le peindre. C’est toute l’idée que l’exposition « La fabrique des saintes images » présente jusqu’au 29 juin 2015 au musée du Louvre : un sujet d’autant plus pertinent compte tenu de l’actualité de ces dernières semaines, marquée par la destruction de plusieurs oeuvres jugées «impies. Au XVIème siècle, le christianisme n’y avait pas non plus échappé, l’iconoclasme protestant ayant contraint l’Eglise catholique à reconsidérer la représentation du sacré, si chère aux fidèles malgré l’interdit biblique du second commandement. « Tu ne feras point d’images » : qu’il l’ait voulu ou non, Dieu sait que son visage est désormais partout, de l’espace public jusqu’à l’intimité des étagères de salon. « Fabrique » : loin d’être anodin, le choix du titre fait écho aux premières représentations acheiropoïètes (non réalisées à la main, veuillez excuser ce terme barbare !) que le Christ a laissé derrière lui, immortalisées par le linceul ou l’empreinte de son pied à Jérusalem.
Lire la suite « Le visage de Dieu s’expose au Louvre »

Le syndrome de l’Avent

dessin-du-jour_emmanuelle-noelDans l’art de tendre l’autre joue, je suis passée experte au fil des années. Et plus particulièrement la veille de Noël, où le bon Dieu prend un malin plaisir à éprouver mon karma, sans doute pour relever le goût des retrouvailles à venir. Une fête en famille, ça se mérite : bon gré, mal gré j’ai fini par le comprendre. Chaque décembre, la même rengaine : comme si la taxe d’habitation n’avait pas suffisamment vidé mon compte le mois dernier. Quand ce n’est pas la voiture qui rend l’âme, c’est la chaufferie, où encore le frigo qui entame une grève de la faim. Cette fois-ci, au tour de la robinetterie d’inonder mon appartement, et me faire passer un dimanche digne d’une virée à la piscine municipale. Les cris d’enfants en moins, les éponges en plus. Les joies de la fuite, somme toute. Lire la suite « Le syndrome de l’Avent »

Crise de foi

emmanuelle_histoire de voir_dejeuner spirituelQue le premier qui ose dire que Dieu est mort récite par coeur ses psaumes ! Car si le progrès technologique avait remis en cause le principe même de « puissance suprême », la renaissance d’une nouvelle forme de spiritualité semble aujourd’hui indéniable, n’en déplaise aux athées les plus rigides. À conjuguer au pluriel. Âme du monde, force universelle ou énergie créatrice : qu’importe les appellations ou les noms qu’on lui donne, le sacré a la cote. Un lifting sans précédent pour l’Éternel, bien loin de l’image du barbu autoritaire qu’il était autrefois. Descendu de son nuage, le voilà jouer du croche pied face à notre esprit cartésien, dont la Terre entière, semble-t-il, a fini par se lasser. Lire la suite « Crise de foi »