La course au piège

livre-nicolas-gueguen_histoires-de-voir_emmanuelle

Pourquoi acheter des produits en promotion nous donne-t-il l’impression d’être plus intelligent ? Dans quelle mesure la lumière d’un magasin influence-t-elle notre comportement ? Comment un simple geste du serveur pousse-t-il à lui donner un plus gros pourboire ? Autant de questions moins anodines qu’il n’y paraît à en croire le dernier ouvrage de Nicolas Guéguen, qui passe au crible les stratégies marketing mises en oeuvre pour orienter nos actes d’achat. Il y explique notamment la magie des prix en « 9 », qu’écouter de la musique forte pousse à boire plus, ou encore la raison pour laquelle certaines odeurs nous rappellent notre enfance.  Lire la suite « La course au piège »

Publicités

L’achat utile

Voilà somme toute la problématique à laquelle j’ai été confrontée en plein dimanche de fin de soldes. N’ayant eu ni le temps ni l’envie de me fondre parmi la foule les semaines précédentes, je me suis fatalement rabattue sur un jour de congé où je n’avais strictement rien planifié à part me foutre la paix. Grossière erreur. Car passé le déjeuner, me voilà éprise d’un désir insatiable de faire les boutiques, avec pour seul but d’acquérir une fringue à prix bradé d’ici le 21 février. Dernière démarque oblige. Quel intérêt, direz-vous ? Aucun. Si ce n’est celui de participer à ce grand rituel social de chasse à la bonne affaire. Avec l’ultime excuse de pouvoir peut-être – enfin – trouver la seule pièce qui manquait à ma garde-robe depuis des mois. Le comble, c’est qu’elle était bien là, à m’attendre sagement accrochée à son cintre. L’effet panurge des soldes, sans doutes. Lire la suite « L’achat utile »

Ça c’est le pied !

Avis aux fétichistes : après m’être bien marrée en lisant cet article du magazine Elle, j’ai décidé à mon tour de tester la fameuse «chaussette parmesan». Histoire de commencer l’année du bon pied, quoi. La promesse du produit ? Transformer nos vieux sabots malmenés en de véritables « baby foot », le tout en restant simplement assis pendant une heure sans bouger. Le temps que les fameuses socquettes exfoliantes fassent leur effet.  Lire la suite « Ça c’est le pied ! »

Une question de flair

deodorants-dangereux_dessin-emmanuelle_histoire-de-voir« Votre voisin vous dira merci », clamait il y a seulement quelques semaines la dernière campagne publicitaire d’une célèbre marque de déodorants. Peut-être plus pour longtemps. Car des chercheurs suisses viennent de découvrir que les sels d’aluminium contenus dans les anti-transpirants provoquaient des tumeurs chez les cobayes. Oups. De quoi faire suer plus d’une aisselle à la simple idée de devoir subir les odeurs de ses congénères en pleine heure de pointe. Bouquet d’exception garanti.  Lire la suite « Une question de flair »

Une chaussure à tous les pieds

mets tes basketsDe retour dans la cour de récré. C’est désormais l’impression que j’ai à chaque fois que je mets un pied dans la rue, ce même pied qui ne se démarque guère de ses autres congénères … tous de Stan Smith vêtus. Modèle blanc et languette verte, le plus souvent : un conformisme absolu qui n’épargne presque personne, même ceux qui s’étaient jurés de ne jamais y succomber. Moi la première. Lire la suite « Une chaussure à tous les pieds »

C’est cadeau !

cadeaux de noel_histoires de voir_emmanuelle_dessin« L’emballage correspond bien au produit »: voilà un dicton qui n’a jamais aussi mal fonctionné qu’en période de Noël ! Et pour cause : manier l’art subtil du cadeau idéal se rapproche du Kung-Fu chaque année un peu plus. Surtout lorsqu’il s’agit de surprendre ces personnes « qui ont déjà tout »: impossible de leur soutirer le moindre indice, ou ne serait-ce qu’une piste pour évaluer ce qui pourrait leur faire plaisir. Un cambriolage, peut-être, histoire de vider leur penderie pour recréer le besoin ? Pas sûr que ça les emballe.  Lire la suite « C’est cadeau ! »

Tape l’affiche

les hauts de hurlevent_ emmanuelle_histoires de voir_dessinQu’ils soient «Rebelle», «Fille à papa» ou «Cœur à prendre», ils se sont tous passés le mot. De vrais moulins à paroles d’après les slogans fièrement exhibés sur leur poitrine, comme revendiquant une étiquette qu’ils n’osent pas formuler de vive voix. Tape-à-l’oeil et criard, le T-shirt à messages a inondé nos placards : y compris, hélas, ceux des personnes ayant passé leur crise d’ado depuis longtemps. «Keep calm and carry on». Comment une telle insulte au bon goût prêche-t-elle désormais la bonne parole vestimentaire, d’autant plus dans une ville aussi «branchouille» que Paris ? Autrefois réservé au camping et aux soirées pyjamas, le petit haut humoristique a fini, comme une mauvaise blague, par remonter des plages de beauf pour conquérir le pays tout entier. Veni, vidi, vici. Tiens, tant que j’y pense, ça ferait même un bon slogan pour un T-shirt. Plus intolérable encore, les modèles qui vous martèlent de messages philosophico-moralistes, le ridicule en plus. C’est ainsi que «Bosser tue», «Ni dieu ni maître» et j’en passe, rivalisent de bêtise quand un simple «Couillon» aurait suffit. Dans cette cacophonie visuelle, la palme revient quand même au «Mon T-shirt est nul» (si, si, ça existe…) qui lui a au moins l’honnêteté de correspondre au produit. À l’envers comme à l’endroit, les T-shirts à messages sont à la prose ce que le slip Droopy est au derrière : une hérésie dont la seule vocation est de finir en chiffon. Surtout s’il y avait écrit «Pshiiit !» ou «Oust !» dessus.