J’ai testé pour vous … l’hypnose !

Suivez mon doigt. Ben oui, rien que ça. Il y a quelques années de là, l’intraitable fumeuse que j’étais avait décidé de tester l’hypnose, histoire de se débarrasser de son addiction à la clope une bonne fois pour toutes. Dix ans de fumette, il était temps que ça s’arrête. Franchement, j’y croyais dur comme fer. Surtout après avoir lu plusieurs témoignages de tentatives réussies du premier coup. Pourquoi pas moi alors ? Puisque j’étais partante, ça ne pouvait que marcher après tout… Et bien détrompez-vous. Il ne suffit pas d’avoir envie pour que l’hypnose « prenne » sur vous. La preuve : j’ai bien flippé au moment où je me suis sentie partir. Genre, vraiment très très loin : comme si mon esprit était sur le point de sortir de son corps pour aller vaquer à ses propres occupations quelque part là haut. Sauf que ça a duré seulement quelques secondes. Le reste du temps, impossible de débrancher, même si mon état de conscience était on ne peut plus malléable. A vrai dire j’étais la première étonnée, moi qui pensais que j’allais suivre le lapin blanc dans son terrier sans cligner des yeux. Tu parles. Faut croire que je n’ai pas le profil. Lire la suite « J’ai testé pour vous … l’hypnose ! »

Publicités

L’essence cachée des contes

Une robe de la couleur du temps Le sens spirituel des contes de fées Jacqueline Kelen Éditions Albin Michel

Qui a dit que les contes de fées ne s’adressaient qu’aux enfants ? Un loup déguisé en grand mère, une citrouille se transformant en carrosse ou encore une grenouille qui épouse une princesse : « parvenu à l’âge adulte, aucun n’oserait se moquer de ces histoires pourtant bien étranges, à moins d’avoir abdiqué à ses rêves, à moins d’avoir renié son âme »assure Jacqueline Kelen dans son ouvrage Une robe de la couleur du temps.

Faisant tantôt rêver, sourire et même fantasmer, ces récits réveillent en chacun une spiritualité endormie, rappelant l’existence d’un monde supérieur au-delà de l’enveloppe terrestre, qui nous réduit bien souvent à un vilain Petit Canard ou un Petit Poucet. «Tire la chevillette et la bobinette cherra ». Comme une invitation à prendre le large à la manière des héros féériques, la magie de ces contes ne tient pas seulement aux histoires merveilleuses qu’ils racontent, mais à une sagesse intemporelle capable d’apaiser le coeur à elle seule. Naïveté mise à part. « Au fond de soi, chacun se sent prince ou princesse, fait pour vivre entouré de beauté, dans un univers de joie et destiné à un amour extraordinaire. Tel est le climat propre à l’esprit : immensément libre, lumineux et joyeux. » À la fois thérapeutiques et délicieusement régressives, ces fables se font le guide de tout cygne en devenir, aspirant à trouver la grandeur de sa véritable destinée. À lire et relire, pour éblouir le quotidien en prenant soin de son âme.

Crise de foi

emmanuelle_histoire de voir_dejeuner spirituelQue le premier qui ose dire que Dieu est mort récite par coeur ses psaumes ! Car si le progrès technologique avait remis en cause le principe même de « puissance suprême », la renaissance d’une nouvelle forme de spiritualité semble aujourd’hui indéniable, n’en déplaise aux athées les plus rigides. À conjuguer au pluriel. Âme du monde, force universelle ou énergie créatrice : qu’importe les appellations ou les noms qu’on lui donne, le sacré a la cote. Un lifting sans précédent pour l’Éternel, bien loin de l’image du barbu autoritaire qu’il était autrefois. Descendu de son nuage, le voilà jouer du croche pied face à notre esprit cartésien, dont la Terre entière, semble-t-il, a fini par se lasser. Lire la suite « Crise de foi »

Bill Viola hypnotise le Grand Palais

affiche-violaMéconnu du grand public mais adulé par ses pairs, le pionnier de l’art vidéo Bill Viola investit le Grand Palais jusqu’au 21 juillet, au sein d’une rétrospective recouvrant 40 ans de son travail visionnaire. Une hallucination aussi perturbante que poétique.

« Je suis né en même temps que la vidéo ». Si Bill Viola avait fait du « réveil de l’âme » le credo de sa quête artistique, rien d’étonnant à ce qu’il fût l’un des premiers à donner vie à ses tableaux. Une expérience déroutante, digne d’un mirage où se perd toute notion du réel. Hypnotiques et émotionnelles, les peintures mouvantes invitent à la contemplation, créant une parenthèse esthétique où le temps ralentit et l’espace ne devient plus qu’une question de perception. Un « slow art » à contre-courant d’une société au bord de la convulsion nerveuse, antidote redoutable à la frénésie contemporaine. De quoi ralentir le pouls le temps d’une visite. Lire la suite « Bill Viola hypnotise le Grand Palais »

Du bonheur, un voyage philosophique

 

dubonheurPassée au crible de nombreux philosophes et derrière son apparente banalité, la quête du bonheur demeure encore aujourd’hui une énigme partiellement résolue. Label d’une existence réussie, la béatitude tant convoitée devient même une exigence fondamentale, à l’heure où tout le monde « se doit » d’être heureux. Si Frédéric Lenoir souhaitait depuis longtemps s’atteler lui aussi à ce vaste sujet, son dernier livre Du bonheur, un voyage philosophique aux éditions Fayard s’éloigne des recueils de recettes pré-mâchées, qu’il suffirait de mettre en pratique pour atteindre l’effet placebo escompté. Tranchant avec le simplisme de certains gourous, il invite à une promenade spirituelle vivifiante, croisant les regards de penseurs d’orient et d’occident avec les dernières enquêtes scientifiques, confrontation de savoirs détachée de tout dogmatisme. Entre Spinoza, Bouddha ou encore Épicure, ce concentré de sagesses passionne autant qu’il pourrait dérouter, tant les questions qu’il pose se multiplient à mesure qu’il en dévoile les réponses. Lire la suite « Du bonheur, un voyage philosophique »

Par-delà les croyances

9782841117024Un antidote à la grisaille. Ouvrir L’Âme du Monde, c’est se replonger avant tout à l’essence même de l’être humain, au plus profond de son « moi » intérieur. Un bol d’air. Huit sages, de par le monde, se retrouvent réunis dans le monastère tibétain de Toulanka à la suite d’un rêve étrange. Tous sont de traditions philosophiques et spirituelles différentes : ils n’en vont pas moins dispenser un enseignement unique, sept clés de la sagesse en guise d’héritage au monde à venir. Un socle de savoir-vivre à l’aube de grands bouleversements. «Tant que nous n’aurons pas découvert notre vocation, nous serons d’éternels affamés ». Si le conte initiatique aurait pu facilement tourner en fable naïve, Frédéric Lenoir parvient à créer un récit lumineux et apaisant, qui élève son lecteur autant qu’il l’oxygène. A la fois dense, concis, et d’une noble précision, l’ouvrage résume à merveille les préceptes de la sagesse humaine, au travers de paraboles et d’expressions criantes de vérité comme de poésie. Quitte à gommer, au passage, les spécificités de chaque confession : la vérité n’est-elle pas une après tout ? « Le désir de l’homme est mimétique : il désire toujours ce que l’autre possède. Connaissez-vous la différence entre l’enfant et l’adulte ? La taille de son jouet. » Si les sceptiques préféreront voir en ce livre une compilation de maximes infantiles, les esprits délicats seront touchés par l’allégorie du sacré, présente en filigrane des aquarelles de la nouvelle édition illustrée. Dans la lignée de l’Alchimiste ou de Jonathan Livingston le goéland, ce roman a le don d’apaiser les âmes vagabondes, étanchant leur soif et les reconnectant à la force créatrice universelle. Plénitude délivrée de toute attache.